4% pour tout le monde, mais plus pour les femmes!

17.08.2006

Manifestation nationale sur les salaires

4 % pour tout le monde, mais plus pour les femmes !  
 
Le 23 septembre 2006 se déroulera sur la Place fédérale, sous l’égide de l’USS, la grande manifestation nationale pour l’augmentation des salaires. La situation économique favorable laisse une marge de manœuvre suffisante pour des augmentations des salaires réels considérables tant dans le secteur privé que dans le secteur public. Depuis 1991 les employé(e)s de la Confédération n’ont plus reçu d’augmentation de salaire en termes réels et le renchérissement n’a jamais été entièrement compensé. Les professions de monopole exceptées, les femmes gagnent encore et toujours 10% de moins que les hommes à la Confédération. La réforme en cours de PUBLICA menaces les employé(e)s de la Confédération d’une nouvelle et considérable perte de leur pouvoir d’achat. Pour toutes ces raisons garaNto prendra part à la manifestation nationale de toutes ces forces.
 
Il est plus que temps que les salaires augmentent. Les bas et moyens revenus font du surplace depuis bientôt 15 ans ! Après déduction des cotisations obligatoires, et en particulier des primes des caisses-maladie, les gens ont aujourd’hui moins d’argent dans leur porte-monnaie qu’en 1990 !
Il est plus que temps que l’égalité des salaires se concrétise. Après 25 années d’égalité dans la Constitution et 10 années de loi sur l’égalité, les femmes gagnent toujours 20 % de moins que les hommes.

Toutes les conditions sont réunies pour un réel progrès. La conjoncture est vigoureuse et, ces deux dernières années déjà, les entreprises ont fait des bons résultats. Mais seuls les actionnai­res et surtout les managers, ainsi que ceux qui s’en mettent plein les poches dans les conseils d’administration en ont profité.

Nous voulons que cela change. Tout le monde doit désormais profiter de la reprise. Tout le monde mérite des hausses de salaire de 4 %. Un minimum qui ne permet même pas de couvrir l’inflation accumulée et la différence à rattraper, ni d’ailleurs notre part des gains de productivité. Et pour qu’égalité des salaires entre femmes et hommes il y ait, ces dernières ont besoin de hausses clairement plus importantes. Sinon impossible de mettre fin aux discriminations salaria­les. Les patrons peuvent tout à fait se permettre ces deux mesures.
 
Augmentons aussi les salaires du personnel de la Confédération!
garaNto et les autres syndicats de la Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC) demandent pour 2007 1,2 % de compensation du renchérissement, la poursuite du versement de l’allocation de 1,9 % accordée ces deux dernières années en lieu et place de la compensation intégrale du renchérissement et une augmentation des salaires réels de 3 % échelonnée sur 2 ou 3 années. Les rentes de PUBLICA sont à adapter au moins à la moitié du renchérissement. Ce sont là des revendications comparativement modestes. Cela fait quinze ans que  les employé(e)s de la Confédération attendent un relèvement de leurs salaires réels, alors que depuis 1993, les salaires réels ont augmenté de 12 % dans des branches similaires comme les assurances et les banques. Les comptes de la caisse de la Confédération ne cessent de s’améliorer. Cette dernière peut et doit se permettre pareille augmentation des salaires. Elle n’a plus le droit de clopiner derrière l’évolution des salaires et de refuser la compensation normale du renchérissement.
 
L’octroi d’une augmentation des salaires réels raisonnable est indispensable au maintien du pouvoir d’achat du personnel de la Confédération et de la capacité de concurrence de cette dernière sur le marché du travail. Il faut aussi que la caisse de pensions soit attractive et financièrement supportable aussi bien pour les assuré(e)s actifs que pour les retraité(e)s. garaNto et les autres syndicats de la CNPC rejettent une réforme de PUBLICA entreprise exclusivement sur le dos des assuré(e)s actifs. La réforme en cours de PUBLICA menace la  génération de transition dès l’âge de 45 ans d’une augmentation massive des primes pour des prestations fortement réduites. Après la débâcle de PUBLICA au Conseil national le Conseil des États est maintenant appelé à donner un signal positif en faveur du personnel de la Confédération afin de sauver le projet de réforme d’un fiasco définitif.
 
Plus d’égalité à l’administration fédérale
La parité visée entre les femmes et les hommes n’est pas encore atteinte dans l’administration fédérale, même si les inégalités sont moins marquées en comparaison avec l’économie privée. La différence salariale entre hommes et femmes atteint en moyenne 10% ; au niveau de la direction, les femmes sont toujours fortement sous-représentées. La Confédération doit assumer un rôle pionnier dans la promotion de l’égalité des chances entre femmes et hommes. La proportion de femmes surtout au niveau des cadres doit augmenter. Il faut éliminer la différence salariale de 10% entre hommes et femmes à l’aide de mesures adéquates. garaNto, le ssp et l’APC demandent donc des évaluations systématiques des places de travail, un contrôle de l’égalité salariale efficace et l’élimination des discriminations dans les primes et les promotions.

C’est pour toutes ces raisons que nous manifesterons le 23 septembre. Contribuez à une répartition plus juste des salaires et à des hausses nettement plus importantes pour les femmes, voire le double dans certaines branches. Venez toutes et tous à la manifestation nationale sur les salaires ! 2006 doit être un tournant en matière de salaires et d’égalité salariale.

Berne, 23.9.2006 ; rassemblement à 13h30 à la Schützenmatte (près de la gare)

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire de Garanto


GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg