Afficher son nom?

19.08.2009

Plaquettes nominatives : grogne en Suisse romande

 

Depuis plusieurs mois, un mouvement d'humeur se répand parmi les gardes-frontière romands au sujet de l'obligation de porter la plaquette nominative sur leur uniforme. Les agents concernés  redoutent des représailles. Certains d'entre eux ont déjà reçu des menaces.

Le comité central (CC) de garaNto prend cette affaire au sérieux et ne saurait admettre que des employé-e-s du Cgfr ou de la Douane soient exposés à de tels risques.

Dès l'automne 2008, le CC a invité le commandement Cgfr à inscrire dans l'ordre de service DBC 6, Marche du service, une clause claire et nette relative au port obligatoire de la plaquette d'identification. Le CC demandait que si déjà le badge était en principe obligatoire, les membres du Corps des gardes-frontière soient libres de le retirer face aux situations sensibles ou lors d'interventions spéciales. À la fin de l'année dernière, garaNto reçut une réponse à sa requête ainsi libellée (traduction de  l'allemand : garaNto) :

„Nous avons sciemment évité de faire figurer dans l'ordre de service des instructions  relatives au port de plaquettes nominatives parce que le Manuel du personnel de l'AFD contient déjà de telles dispositions. Elles seront actualisées avec le bulletin du 1er janvier 2009 et auront la teneur suivante :

Si, dans le domaine civil, un déclarant ou un voyageur le souhaite, la personne effectuant le dédouanement est tenue de donner son nom.

Dans le cadre d'un contrôle, les membres du Cgfr se présentent en principe avec leur nom de famille et "Corps des gardes-frontière", à moins que des intérêts sécuritaires ne s'y opposent.

Le personnel  en contact avec le public porte en principe des plaquettes nominatives.

Eu égard à la double relativisation par l'expression "en principe", les présentes pres-criptions tiennent compte des intérêts sécuritaires légitimes des gardes-frontière tout en contribuant en même temps à créer, en cas de contrôle, la confiance réciproque nécessaire. L'agent qui se sent menacé peut sans autre retirer provisoirement la plaquette de son uniforme, et même effectuer certains services dès le début sans son badge. Les dispositions appelées à figurer dès le 1er janvier 2009 dans le Manuel du personnel sont pleinement suffisantes si elles sont raisonnablement appliquées."

Pour le CC, la réglementation choisie se comprend. Elle laisse aux membres du Cgfr la latitude de retirer leur plaquette s'ils se sentent menacés pendant un contrôle. Nous constatons toutefois que ces dispositions, précisément, n'ont pas été suffisamment répercutées par l'un ou l'autre supérieur hiérarchique.

Dans un second temps, il s'agira de discuter ouvertement au niveau de la commission de sécurité du Cgfr de la praticabilité de cette réglementation et de solutions de rechange à la plaquette nominative envisageables. Le CC a adressé une requête en conséquence au président de la commission précitée.


Entre-temps, le commandement Cgfr nous a donné l'assurance verbale qu'il attirera une nouvelle fois l'attention à propos de la marge de manoeuvre en question et que l'ordre de service DBC 6 sera adapté.


Comité central de garaNto

Retour

 

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus