Alliance doublement calamiteuse

18.06.2015

Le carrousel d’économies des finances fédérales continue de tourner avec entrain.  Garanto et la Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC) s’opposent fermement aux plans d’économies du Parlement et du Conseil fédéral.

 

Le fait que des propositions d’économies totalement excessives émanent des cercles bourgeois de la droite n’est pas nouveau, tout en restant toutefois hautement inflammable. Le personnel de la douane et des gardes-frontière se souvient aujourd’hui encore des conséquences des soi-disant « Programmes d’allègement » 2003/04. Ces derniers ont coûté plus de 400 postes à la seule AFD. Le fait que ces programmes d’économies massifs aient pu passer la rampe sans licenciements est à porter au crédit de Garanto et de la conscience sociale du directeur général des douanes.

 

Autrefois comme aujourd’hui, beaucoup d’employé(e)s de l’AFD pensent qu’ils ne boiront pas le calice jusqu’à la lie. La personne qui est bien qualifiée et qui fournit de bonnes prestations se berce facilement d’une sécurité trompeuse, trop facilement, car souvent une rafale de vent suffit à faire vaciller la place que l’on croyait sûre. Littéralement, cela peut toucher chacune et chacun, en l’occurrence des collaboratrices et collaborateurs prétendument bien en place jusqu’au niveau supérieur chez les cadres.

 

Comme l’entretien du 26 mai 2015 entre les associations du personnel et la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf l’a démontré, le salaire ne constitue également plus un tabou : la ministre des finances a signalé sans équivoque que le personnel de la Confédération se dirige vers le statu quo l’année prochaine en ce qui concerne son salaire. En 2014 déjà, la Commission des finances du Conseil national avait invité le Conseil fédéral à établir un rapport sur le système salarial de la Confédération. On trouve entre autre dans le viseur les règles pour l’évolution des salaires.

 

Presser les citrons

Dans l’intervalle, le Conseil fédéral presse chaque semaine par le biais de variantes d’économies, avec le faux espoir de tranquilliser ainsi les politiciens maîtres en la matière. Malheureusement, cela ne saurait réussir de cette manière, car plus le Conseil fédéral agit fébrilement, d’autant plus l’impression se renforce chez les politiciens – chantres des économies que l’on peut encore économiser bien d’avantage auprès du personnel.

 

Contre le démantèlement des postes ou même des salaires, il n’y a qu’une chose à faire : se prémunir et opposer de la résistance aux razzias aventureuses des démolisseurs notoires de l’Etat et de croisés pleins d’eux-mêmes contre le Service public. Dès lors, Garanto et la CNPC ne comprennent pas la docilité inconditionnelle du Conseil fédéral. Car les propositions d’économies de ce dernier conduisent pour finir à un démantèlement des prestations face à des tâches simultanément en augmentation, même si la cheffe du DFF Eveline Widmer-Schlumpf conteste ce fait.

 

Garanto ainsi que les associations du personnel de la Confédération en ont assez de cette farce à répétitions. Avec leurs membres, les employé(e)s de l’administration fédérale, nous nous défendrons contre de nouveaux sacrifices d’économies du personnel et préparons des actions syndicales. Dans cet ordre d’idées, nos membres sont d’ores et déjà priés de porter dans leur agenda la date du vendredi 20 novembre 2015 !

 

Oscar Zbinden, chargé de l’information Garanto

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire de Garanto


GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg