alte aux suppressions de postes !

18.03.2009

UFE: retour sur les activités déployées en 2008

 

L'hémorragie de l'emploi dans les administrations des douanes et des finances européennes se poursuit. En même temps, on assiste, sur le continent aussi, à la multiplication des tâches confiées au personnel. Au final, tous sont perdants à ce jeu-là, à commencer par les employés.

 

Giordano Schera, vice-président de l'UFE

 

L'année écoulée comme les précédentes, l'UFE s'est vue contrainte de dénoncer la détérioration progressive des rémunérations du personnel des administrations fiscales et douanières européennes. Seule et unique exception louable : les fonctionnaires du fisc et des douanes allemands. Grâce au soutien et à l'engagement de leurs syndicats respectifs, les salaires ont augmenté en 2008 et 2009 de 8 % au total. Cela vaut aussi pour leurs collègues scandinaves, notamment en Suède, dont les rétributions connaîtront une progression de 11,7 % d'ici à 2010 et au Danemark ou elle sera même de 12,8 %.

 

Saignée des effectifs

Par ailleurs, la saignée dans les effectifs de la fonction publique s'est poursuivie en 2008. En effet, la quasi-totalité des pays membres de l'UFE ont eu à déplorer une forte érosion de l'emploi tant dans le secteur de la douane que dans le domaine fiscal. En Finlande, par exemple, les effectifs ont fondu de 20 % au cours des dernières années. En France, la réorganisation du secteur fiscal va entraîner la suppression de 2500 postes. Plus dramatiques encore sont les nouvelles qui nous parviennent de Grande-Bretagne : la restructuration en cours à l'échelle du Royaume fera passer à la trappe 80 des 240 services des contributions actuels et la bagatelle de... 15'000 emplois !

 

Ce sont là des informations tout sauf rassurantes, d'autant moins lorsqu'on sait que les attributions des administrations fiscales et douanières ont été en constante progression ces années dernières en Europe. Ainsi, chez notre grand voisin du Nord, l'administration des douanes est depuis le 1er janvier 2004 compétente aussi pour la lutte contre le travail au noir et depuis juillet 2007 pour le contrôle du respect des salaires minimaux figurant dans les conventions collectives de travail.

 

Nouvelles tâches - nouvelles ressources

Il convient de préciser que les fédérations affiliées à l'UFE ne se sont jamais opposées à la reprise de nouvelles tâches. À la condition toutefois, aujourd'hui comme hier, que suffisamment de personnel soit à disposition pour s'en acquitter.

Les faits évoqués plus haut ont tenu la vedette dans les débats de l'UFE, que ce soit aux séances des commissions de la douane et des finances, à la 44e réunion ordinaire du comité de l'UFE qui s'est tenue du 22 au 24 septembre 2008 à Budapest ou aux trois séances de la présidence ayant eu lieu au secrétariat général dans la capitale allemande.

 

Personnel des finances et de la douane : pas un bouc émissaire !

S'agissant des politiques de l'emploi et des salaires, la position de l'UFE est limpide : le personnel de la douane et des finances ne sera pas le bouc émissaire des programmes d'austérité concoctés par certains gouvernements européens en vue d'amortir les effets dans le monde entier de la crise financière et économique, cela d'autant moins que celle-ci n'a pas été provoquée par les employés de la fonction publique.

Autre cause d'inquiétude croissante pour l'UFE : la résurgence du protectionnisme, même entre États du vieux continent. C'est pourquoi l'issue favorable de la votation du 8 février dernier sur la poursuite et l'extension de la libre circulation des personnes avec l'Union européenne a tout simplement mis du baume au cœur des responsables de l'UFE.

 

Qualité et bon salaire = satisfaction

Le comité de l'UFE rappelle à la Commission de l'UE que depuis toujours les administrations douanières ont joué un rôle fondamental dans la défense des intérêts de la Communauté et de ses citoyens. Mais pour ce faire,  elles doivent impérativement disposer d'un personnel en suffisance et bien rémunéré. Or, la politique en matière d'engagement et de salaire contredit le principe „qualité et bon salaire = satisfaction. Elle correspond plutôt à l'équation „quantité et salaire tout juste suffisant = frustration". Il revient maintenant aux fédérations de l'UFE la lourde tâche de renverser la vapeur en entamant des négociations dignes de ce nom avec leurs partenaires sociaux.

 

Rencontre avec le commissaire de l'UE

À Budapest,  les discussions ont porté en outre sur la modernisation en cours du code des douanes et sur le programme d'action Douane 2013 appelé à prendre le relais de Douane 2007. Ce dispositif vise à soutenir les administrations douanières en matière de facilitation du commerce et de simplification des procédures, sans pour autant mettre en cause la sécurité des citoyens et les intérêts financiers de la Communauté. Ces deux thèmes, en priorité, seront mis sur le tapis prochainement à Bruxelles par la présidence de l'UFE, à l'occasion d'une rencontre avec M. Laszlo Kovacs, commissaire européen chargé du secteur impôts et douane.


Qui est l'UFE ?

 

L'Union du personnel des finances en Europe (UFE) est la seule organisation syndicale à représenter au niveau européen les intérêts du personnel des administrations fiscales et douanières, toutes fonctions confondues. L'UFE compte plus de 400'000 affiliés répartis en 40 syndicats membres européens de 20 pays. La présidence - composée d'un président et six vice-présidents, qui sont réélus tous les quatre ans - mène les affaires. Elle est soutenue par le secrétariat général de l'UFE à Berlin. Le pouvoir législatif est exercé par le comité ordinaire de l'UFE, qui se réunit tous les deux ans dans l'un des pays membres.

GS


Retour

 

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus