Arrogance et désaveu

16.12.2010

Le DFF biffe les primes de prestations pour 2010

 

Le syndicat garaNto n’a jamais été enthousiasmé par la composante salariale liée au mérite et les primes de prestations.  À l’époque déjà, nous avons pressenti à juste titre que l’employeur Confédération ne se gênerait pas de modifier la masse salariale au gré de ses possibilités financières. Et nos craintes se voient plus que confirmées : les primes de prestations pour 2010 passent purement et simplement à la trappe !

 

Dans la foulée du second supplément au budget 2010, Bea Heim (PS SO)  a sollicité au Conseil national, à la faveur d’une proposition de la minorité inspirée par garaNto, une augmentation de la rétribution du personnel de l’AFD de 9 à 12 millions de francs, en vue d’obtenir in extremis le crédit nécessaire à l’octroi des primes de prestations. Dans son intervention bien sentie, la socialiste soleuroise n’a pas ménagé le DFF, relevant en substance qu’une direction de département qui refuse de façon linéaire les primes de prestations s’affaiblit elle-même sur le plan de la conduite, ridiculise le système d’évaluation du personnel et change les règles du jeu au milieu de la partie.

Mme Evelin Widmer-Schlumpf demanda néanmoins le rejet de cette proposition, arguant que la suppression des primes incriminées constituait la part de l’AFD aux restrictions budgétaires exigées par le parlement. Qui plus est, les autres services qui ont appliqué leurs mesures en matière de personnel comprendraient mal qu’on augmente le crédit supplémentaire de l’AFD. Au vote, le National s’est rallié dans sa majorité, le 01.12.2010, à l’argumentation de la ministre des finances, repoussant la proposition minoritaire par 78 contre 66 voix.

Ce faisant, le Conseil fédéral et le parlement malmènent et désavouent le personnel douanier et garde-frontière. Non pas en raison de mauvaises prestations, mais à cause d’objectifs d’économies linéaires insensés que l’AFD n’aurait pu mettre en œuvre sans licencier. Nous savons gré à l’administration des douanes de n’être pas allée aussi loin. Elle a ainsi assumé sa responsabilité sociale.

D’aucuns reprochent à l’AFD de n’avoir pas su éviter cette impasse financière. Une telle critique ne fait pas dans la dentelle, et de surcroît ses auteurs avancent masqués. C’est pourquoi garaNto ne fait aucun cas de ce grief, tant il est vrai que seule une critique exprimée ouvertement peut être constructive.

Reste qu’à l’avenir il devrait être plus difficile encore de persuader les agentes et agents de la douane et du Corps de la nécessité d’une évaluation du personnel de tout temps fort discutable. Les autorités fédérales, qui ont causé ce désastre, se doivent maintenant d’aller au-devant de leur personnel. Et elles ne s’en tireront pas avec quelques belles paroles.

André Eicher, secrétaire central

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus

GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg