Bientôt le champ libre à la douane ?

25.04.2015

S’il s’agit de la coalition des « gens bien dociles », à laquelle l’UDC, le PLR et le PDC appartiennent, le champ libre à la douane sera bientôt une réalité, qu’il s’agisse du dédouanement de marchandises commerciales au guichet ou du contrôle de personnes et de marchandises dans l’espace frontalier. Car, dans le cadre de son « Paquet de mesures pour le renforcement de la place Suisse », ce trio politique exige des économies massives dans le domaine du personnel et dans les charges de conseil externes.

 

En conséquence, la croissance des postes à la Confédération pour les années 2016 – 2018 doit être stoppée et plafonnée au niveau de 2014. Cela ne suffit pourtant pas : le trio bourgeois veut économiser en plus 200 millions de francs par année dans les charges de conseil externes. Il va de soi que la deuxième mesure d’économies génère un effet cumulatif, car les prestations de services fournies à l’externe jusqu’à aujourd’hui devraient désormais être assumées par les employé(e)s de la Confédération.

 

Le conseiller national PDC Leo Müller demande précisément la mise en œuvre de ce paquet d’économies dans sa motion du 19.03.2015 : il exige des économies de l’ordre de 227 millions de francs auprès du personnel de la Confédération ainsi que de 200 millions dans les charges de conseil. Au cas où la motion Müller allait être acceptée par les deux Conseils – il faut malheureusement l’envisager en raison de la force de l’alliance de l’UDC, du PLR et du PDC –, on ne sait uniquement pas encore combien de postes les départements et en particulier l’AFD devraient supprimer, car les offices fédéraux disposent d’une certaine marge de manœuvre en ce qui concerne où et comment ils entendent obtenir des économies. Selon les calculs de Garanto et dans le pire des cas, jusqu’à 1'900 postes de la Confédération se verraient supprimés.

 

Par les mesures d’économies radicales auxquelles ils aspirent, des politiciens bourgeois rendent une fois de plus le personnel de la Confédération responsable pour les déficits de cette dernière qui se dessinent et le punissent ainsi – il fallait une fois de plus le dire clairement – pour leur propre défaillance politique. En l’occurrence, ils n’hésitent pas à jeter le discrédit sur les employé(e)s de la fonction publique en insinuant qu’ils sont inefficaces ou alors ils affirment que l’économie privée travaille, elle, de manière efficiente. Ces politiciens bourgeois répandent de telles insinuations afin de privilégier leurs propres projets favoris coûteux, p.ex., la réforme controversée de la fiscalité des entreprises III.

 

Garanto ne saurait accepter les mesures d’économies visées. Dans le cadre d’une campagne commune des tous les syndicats et associations de la CNPC, Garanto s’engagera pour que les économies voulues auprès du personnel soient empêchées, comme jusqu’ici par le biais d’un lobbying ciblé et, si nécessaire, par des manifestations sur la Place fédérale et d’autres actions.

 

André Eicher, secrétaire central Garanto

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire de Garanto


GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg