Bilan des 100 jours du vice-président de Garanto

25.02.2015

Cent jours, c’est le délai usuel accordé au nouveau titulaire d’une fonction ou à un nouveau gouvernement pour se mettre au courant et faire part de ses premiers résultats.

Je n’ai pas cherché à obtenir la fonction de vice-président, mais c’est la fonction qui m’a trouvé !

 

En même temps que mon élection en qualité de vice-président à l’occasion de la 6ème séance   2014 du comité central (CC) le 17 octobre, mon activité a débuté avec une affaire interne d’importance : il s’agissait de mettre sur les rails la nomination d’une nouvelle secrétaire générale ou d’un nouveau secrétaire général. Cela signifie que ma première activité syndicale se trouvait être du ressort d’un employeur. Étant donné précisément que les syndicats ne passent pas pour être des employeurs modèles, nous voulions naturellement et en tant que syndicat Garanto, être les meilleurs possible. Avec trois collaborateurs et environ un million de francs de chiffre d’affaires, Garanto constitue à vrai dire une petite PME. Avec le secrétaire central, le comité central forme une sorte de comité directeur, notre président central en étant le « CEO » et moi son suppléant. La nomination citée plus haut est désormais préparée au mieux, le délai fixé, le déroulement planifié et les instances nécessaires choisies.

 

Mon premier entretien avec la direction de l’AFD (CD AFD) a eu lieu en novembre 2014 déjà. D’un côté de la table, on trouvait notre président central, notre secrétaire central et moi-même et, de l’autre côté, les instances dirigeantes de la Direction générale des douanes.  De manière controversée – partenariat social vécu –, divers thèmes ont été négociés, par exemple, la réorganisation de la DGD, l’évaluation du personnel, l’allocation liée au marché de l’emploi, etc. Le partenariat signifie le droit de discussion et le droit de participation, cela veut dire que nous devons persuader grâce à nos arguments, car, en définitive, les décisions sont prises par le CD AFD.

 

Quoique je compte de nombreuses années dans le syndicalisme et dans ma profession, je vis pourtant une situation nouvelle et inhabituelle, en tant que représentant syndical, à savoir de siéger face à mes cheffes et chefs au plus haut niveau et de négocier avec eux. Mais je dois me rappeler et faire remarquer également au CD AFD que je ne siège pas comme subordonné, mais bien comme représentant élu du personnel (membres de Garanto).

 

Le 9 décembre 2014, a suivi la Conférence d’information annuelle de la DGD avec les associations et syndicats du personnel. Ainsi que le nom l’indique déjà, cette manifestation est utilisée par l’AFD pour donner des informations à ces associations et syndicats. En effet, à part Garanto et à chaque fois, d’autres organisations du personnel prennent part à la conférence : APC, Transfair, Association des officiers du Cgfr, Société des essayeurs jurés.

 

La 7ème séance  2014 du comité central des 11 et 12 décembre a constitué le point final de l’année. Notre journal de janvier en a fait un compte-rendu. La première séance du CC en 2015 appartient déjà à l’histoire. Elle a eu lieu le 30 janvier 2015, avec des thèmes tels que les assemblées générales des sections (AG), le recrutement de membres, le cours de formation III, la campagne « Renforcement du personnel de douane civil », les logements de service, le processus de dédouanement, la réorganisation de la DGD, la promotion de la santé dans l’entreprise, et bien d’autres.

 

Conclusion : ma fonction en qualité de vice-président est exigeante, pleine de défis, mais aussi très intéressante et riche en enseignements.

Robert Bucher, vice-président Garanto

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire de Garanto


GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg