Collaboration entre syndicats : table ronde

21.04.2009

Nouvelles formes de coopération en vue

Après l'échec de facto du projet de fusion à trois du SSP, de Syndicom et de Comedia (voir le communiqué ci-dessous), la recherche de synergies et de nouvelles formes de collaboration intersyndicale se poursuivra.

C'est pourquoi les trois syndicats à l'origine du projet de fusion ont convié les autres formations affiliées à l'USS - dont garaNto - et Transfair à un entretien le 1er avril 2009. À cette occasion, les participants ont mis les cartes sur table.

Comme on sait, Syndicom et Comedia aspirent à présent à une fusion à deux. Le SSP et les autres fédérations concernées entendent examiner de nouvelles formes de collaboration renforcée et d'exploitation de synergies. La prochaine rencontre des organisations intéressées doit avoir lieu en décembre prochain. De son côté, garaNto a tenu compte de la nouvelle donne dans sa double stratégie dont il débattra lors de la conférence des présidents des 14 et 15 mai 2009.

OZ


Communiqué de presse du SSP, de Syndicom et de Comedia du 13.03.2009

 

Fusion à trois : peu de synergies

 

Le projet de fusion du Syndicat des médias Comedia, du Syndicat de la communication (Syndicom) et du Syndicat des services publics (SSP) ne sera pas poursuivi. Le groupe de pilotage du projet a décidé, à sa séance de vendredi 13 mars 2009, d'en proposer l'abandon aux instances compétentes des trois syndicats.

A la fin février 2008, Comedia, Syndicom et le SSP ont lancé dans leurs organisations respectives l'idée d'une fusion, sur la base d'une esquisse de projet. Les travaux menés entre-temps ont montré que les structures et les besoins des trois syndicats, qui comptent au total près de 85'000 membres, sont trop peu compatibles pour qu'un tel regroupement soit concluant.

Ainsi, les syndicats de la Communication (Poste, télécommunications) et Comedia (industrie graphique, presse et médias électroniques, branche du livre) sont essentiellement actifs soit dans des domaines où opèrent des entreprises nationales, soit dans des domaines soumis à des conventions collectives de travail nationales ou suprarégionales. Tous deux ont donc besoin d'une organisation basée sur une conduite centrale du mouvement et des négociations, avec une structure essentiellement conçue par branches. Quant au syndicat SSP (services publics, santé, social et enseignement), il organise avant tout le personnel d'employeurs régionaux ou locaux actifs dans plusieurs branches. Une telle situation exige d'autres principes d'organisation pour la conduite du mouvement et des négociations.

Dans ces conditions, tant le comité de projet que le groupe de pilotage ont abouti à la conclusion que la fusion à trois envisagée n'offrirait pas les synergies nécessaires ou souhaitables dans l'optique du renforcement du mouvement syndical. Il appartient désormais aux instances compétentes des trois syndicats de se prononcer définitivement sur cette proposition.

Les discussions menées avec les collègues des trois syndicats ont été ressenties comme enrichissantes et stimulantes. Au-delà de leurs conséquences pour la politique organisationnelle, les travaux menés ont permis de tirer de nombreux enseignements, dont la concrétisation interviendra dans les prochains mois. Les trois syndicats envisagent en outre de poursuivre et d'intensifier ponctuellement leur collaboration dans l'action et le mouvement syndical, chaque fois qu'il existe des points de convergence et des interfaces communes.

Enfin, le comité directeur de Syndicom et le Bureau de Comedia ont convenu de poursuivre l'examen d'une fusion de leurs organisations et de proposer à leurs instances dirigeantes l'option d'une fusion à deux.


 

 

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire de Garanto


GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg