Comité central: conclusion retraite

La séance de décembre a donné lieu à la première retraite du CC. Le CC a passé en revue l’année écoulée et regardé l’avenir avec notamment les questions suivantes:

- Où en sommes-nous?

- Quelles sont nos préoccupations actuelles?

- Comment poursuit-on?

Voici le résumé :

Pour les deux dernières années, nous pouvons sans autre afficher des réalisations , à l’encontre de l’ambiance générale du moment. Malgré les circonstances contraires, nous avons pu obtenir quelque chose au plan interne de l’AFD. Au niveau interne du syndicat, nous avons continué à nous développer, respectivement posé les fondements d’une organisation plus percutante, grâce à l’introduction de l’AD. Par nos actions et le communiqué de presse de la fin du mois d’août 2016, nous avons fourni une activité de relations publiques efficace. Toutefois, nous devons encore mieux communiquer ces résultats.

Au plan politique cependant, tout ne se déroule pas aussi bien. La majorité bourgeoise de droite au Parlement a serré encore un peu plus la vis au chapitre des économies. Il s’agit « d’avaler » le deuxième gel des salaires et d’autres réductions à court terme en ce qui concerne les crédits pour le personnel. De ce fait et pour l’avenir, nous devons sans doute nous attendre à des licenciements.

Nous devons prendre en compte des échecs en ce qui concerne le taux d’organisation. Ce taux a de nouveau baissé en 2016. Il s’agit là d’une projection de la crédibilité de Garanto. Nous devons souvent réagir et nous ne pouvons plus agir de manière proactive. Le fait que nous ne pouvons qu’empêcher quelque chose de plus mauvais encore est considéré comme insatisfaisant par la plupart des membres et employé(e)s de l’AFD. Afin de renforcer notre crédibilité, nous avons pourtant besoin d’un taux d’organisation plus élevé et d’une communication persuasive. Nous devons réagir rapidement et faire à nouveau des propositions proactives.

Au plan politique, nous devons nous présenter sans doute de manière plus combative, avant tout contre les nouveaux programmes d’économies. Nous voulons également à nouveau une augmentation générale des salaires et, à ce propos, nous devons prendre langue avec des politiciennes et politiciens au niveau fédéral.

Au plan interne de l’AFD, nous devons nous présenter en tant que partenaire fiable pour nos membres. Pour les membres touchés par des mesures, nous assurons une aide optimale au point de vue de l’organisation et individuel. Nous luttons pour le maintien des postes et contre davantage de stress à la place de travail. Nous nous opposons au fait de conserver le même salaire afin d’assumer davantage de tâches pour raison d’économies et de laisser notre charge de travail augmenter dans une proportion incommensurable.

Heidi Rebsamen, secrétaire centrale

Retour

 

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus