Contre le démantèlement salarial et la suppression de postes

Le 4 novembre 2015, plus de 500 employé(e)s de la Confédération ont protesté à Berne contre le démantèlement salarial et la suppression de postes. Ils ont déposé à la Chancellerie fédérale une pétition signée par plus de 6'700 collaboratrices et collaborateurs.

La manifestation a été organisée et soutenue par les associations et syndicats du personnel APC, Garanto, SSP, Fedpol, Transfair et Swisspersona. Par le biais d’une pétition, les participant(e)s à la manifestation ont exigé du Conseil fédéral qu’il pratique une politique du personnel responsable, se fondant les principes du partenariat social et qu’il stoppe immédiatement le démantèlement salarial et dans les conditions de travail.

Depuis que le Conseil fédéral a décidé au mois d’août de n’accorder aucune augmentation salariale pour 2016 et a divisé par deux l’augmentation du salaire annuelle, des milliers d’employé(e)s de la Confédération sont insécurisés et aussi en colère. En outre, l’insécurité se trouve renforcée par la restructuration envisagée du système salarial et la suppression totale de la participation de l’employeur aux rentes transitoires. De plus, les employé(e)s de la Confédération manifestent peu de compréhension pour les plans du Conseil fédéral de supprimer des centaines de places de travail.

Près du funiculaire du Marzili, entre le Bernerhof et le Palais fédéral ouest, plus de 500 employé(e)s de la Confédération se rassemblèrent pour la manifestation, dont 150 membres de Garanto ! Avec un grand transparent contre les fermetures de bureaux de douane, brandissant des drapeaux Garanto et revêtus de leurs vestes jaunes réfléchissantes, nos membres ont clairement marqué leur présence. Toutes les sections de Garanto étaient représentées, celles de Berne et de Romandie formant les plus grosses délégations. Le cortège de protestation s’est ébranlé près du funiculaire du Marzili, faisant le tour du Palais fédéral ouest, pour revenir à son point de départ. Derrière le Palais fédéral ouest, les participant(e)s ont remis à la Chancellerie fédérale la pétition munies de plus de 6'700 signatures.

Cadeaux fiscaux aux frais du personnel

Dans son exposé, la présidente du SSP, Katharina Prelicz-Huber, critiqua vertement le programme de stabilisation de la Confédération qui amènerait un démantèlement massif du Service public. Elle en appela aux protestataires : « Par le biais d’un paquet de suppressions qui se chiffre par milliards, les prestations de services à la Confédération en faveur de la population vont être réduites. Une politique fiscale erronée au profit des riches et des grandes entreprises, qui a laissé derrière elle un déficit dans le ménage financier de la Confédération, doit être épongée par le personnel. Nous nous y opposons ! ».

Mise en garde adressée au CF et au Parlement

Lors de la remise de la pétition à la Chancellerie fédérale, secrétaire central André Eicher a adressé une mise en garde sans équivoque au Conseil fédéral et au Parlement : « Nous ne saurions avaler toutes les couleuvres, telles que des diffamations ou des suppressions de salaire et de postes. Si nous faisons bloc, comme aujourd’hui, nous avons une voix que l’on est obligé d’entendre. Si, malgré tout, le Conseil fédéral et le Parlement ne veulent pas l’écouter, nous reviendrons l’année prochaine devant le Palais fédéral, en parlant d’une voix encore plus forte et encore plus nombreux qu’aujourd’hui ! ».

Le comité central, les sections et le secrétariat central remercient tous les membres qui ont pris part à la manifestation à Berne.

André Eicher, secrétaire central de Garanto

Retour

 

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus