De loin pas tous riches

26.10.2012

Nouveau dossier de l’USS sur la situation économique des retraités

Les vieux riches ? Certes, on en trouve. Mais cette image devient, et sciemment, si forte que les vieux qui sont pauvres disparaissent du paysage... Car, des retraités pauvres, il y en a aussi, ainsi que le montre le nouveau Dossier de l’USS*  sur la situation économique des retraités en Suisse.  Le nouveau dossier publié par l’Union syndicale suisse (USS) commence par étudier la structure du revenu des ménages de retraités. Les auteures prouvent que le si célèbre modèle des trois piliers de la prévoyance vieillesse ne profitait en fait qu’à une minorité de personnes âgées. En 2008 en effet, tout juste 34,6% des hommes et 17,9% des femmes pouvaient, une fois à la retraite, compter sur les trois piliers (nouveaux retraités). Et il était beaucoup plus fréquent que le budget des ménages ne soit alimenté que par des rentes AVS et des avoirs du 2e pilier (rentes et/ou capital). Cela concernait 44,4% des hommes et 37,2% des femmes. Pour 12,6% des hommes et 37,7% des femmes, la prévoyance vieillesse reposait uniquement sur un pilier, le premier, c’est-à-dire l’AVS.   Mais que signifie le fait que des retraités doivent s’en sortir sans prestations des 2e et 3e  piliers ? Et si, en plus de l’AVS, ils ne touchent que de faibles rentes de la prévoyance professionnelle, le 2e pilier ? La réponse est : le risque de basculer dans la pauvreté. Cela, d’autant plus que les ménages de retraités confrontés à des difficultés financières ne peuvent, la plupart du temps, pas toucher de revenu du travail. Or, les mêmes ménages se caractérisent en plus par l’absence de fortune. Ces constatations, les auteures du dossier de l’USS en démontrent la véracité à partir de copieuses statistiques.   Les retraités qui n’ont droit qu’à une rente AVS partielle ou qu’à une petite rente complète n’ont guère d’autre choix que de se soumettre au pénible examen de leurs besoins économiques, s’ils veulent avoir droit à des prestations complémentaires. Un coup d’œil sur les dépenses des ménages de retraités n’étonne en effet pas : les retraités les plus pauvres doivent consacrer la quasi-totalité de leur revenu à leur subsistance (manger, boire, être logé, se soigner).   Dans le dernier chapitre de ce dossier, les auteures signalent les calculs de l’USS en matière de taux de remplacement du dernier salaire pour les personnes à la retraite. Elles montrent que le taux de 60% donné pour but par la Confédération – selon ce taux, les rentes des 1er et 2e piliers devraient couvrir 60% du dernier salaire – n’est que rarement atteint.   Les auteures en concluent que, pour pouvoir financer leur niveau de vie de manière convenable, de nombreux ménages de retraités, actuels et futurs, dépendent par conséquent d’une amélioration des prestations de la prévoyance vieillesse. Un but auquel l’USS entend parvenir avec son projet AVS plus. L’enjeu de ce projet est en effet qu’à l’avenir, non seulement la survie des retraités soit assurée, mais que ceux-ci puissent aussi participer pleinement à la vie sociale.   USS, E.A. / fq (septembre 2012)


*Doris Bianchi, Jasmin Aregger : De loin pas tous riches – La situation économique des retraités et retraitées en Suisse, 2012 ; dossier N° 90 de l’USS. www.uss.ch – thèmes – politique sociale

Retour

 

Rollator-Grenzwaechter_.jpg

Assemblée extraordinaire des gardes-frontière à Olten, MA 5 sept. 2017, 11h - 14h

Centre culturel Schützi à Olten (près de la piscine, 10 minutes à pied de la gare d’Olten): Contre l'augmentation de l'âge de la retraite à 65 ans! Discussion sur des mesures et actions contre la décision du Conseil fédéral. Garanto compte sur toi! Annoncez-vous à aQAHDwYpDggbCAcdBkcKAQ@nospam jusqu’au 16 août !

Kulturzentrum Schützi, Olten
Kulturzentrum Schützi, Olten

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus