Décentralisation absurde

16.06.2011

Stratégie de contrôle des marchandises commerciales – contrôles formels

 

 Les 25/26 mai 2011 et de manière surprenante, la Direction générale des douanes (DGD) a décidé de décentraliser des contrôles formels des divisions 4 et 5. Cette décision n’amène aucune synergie, mais uniquement de l’irritation chez le personnel concerné. Le 30 mai 2011, garaNto a fait connaître sa position au directeur général des douanes.

 

 

Lettre de garaNto au directeur général des douanes Dietrich :

 

Nous prenons acte avec consternation du fait que la Div. 5 et 4 sera réorganisée à court terme dans le sillage de la mise en œuvre de la stratégie en matière de contrôle dans le trafic des marchandises de commerce (TMC). Votre décision visant à la décentralisation des contrôles formels dans les domaines des contributions à l’exportation, du trafic de perfectionnement, de l’impôt sur les huiles minérales, des COV et des impôts sur le tabac et la bière entraîne de sérieuses conséquences personnelles et professionnelles pour les agentes et les agents directement concernés, dont nous ne pouvons évaluer, à ce stade, les effets.

 

Vendredi 27 mai, immédiatement après votre décision et sa diffusion à l’interne au sein de la Div. 5 et 4, tant notre comité central que le secrétariat à la Monbijoustrasse ont reçu des réactions furibardes de la part des employées et des employés concernés, dont la surprise causée par votre ukase était totale. De fait, il n’y a pas eu d’information préalable relative à la future décentralisation. Les agents concernés nous ont dit que c’était comme si on les privait de leurs moyens de subsistance !

 

Nous avons du mal à comprendre, notamment, pourquoi vous n’avez pas tenu compte des propositions émises par la majorité du groupe de travail Stratégie en matière de contrôle dans le trafic des marchandises de commerce (TMC). En effet, le GT est arrivé à la conclusion, en résumé, que le maintien du statu quo, vu les conditions générales données en interne à l’AFD, constituait la solution idéale.

 

 

En premier lieu, les arguments suivants s’opposent à votre décision:

  • éparpillement des forces : la solution proposée entraînera une dispersion des ressources en personnel, avec à la clé une dégradation sensible des normes qualitatives ;
  • pertes de compétences : le contingent de contrôleurs d’entreprises doit être étoffé – comme le montre le rapport du GT – dans les mêmes proportions que les suppressions de postes à la Div. 5 et 4. Les transferts de tâches généreront une baisse de la qualité du travail, d’une part, en raison de la perte de savoir dans le cas des employés qui ne sont pas transférés, de l’autre, du fait des nouvelles interfaces. Et au niveau des postes de douane, les personnes nouvellement engagées sont contraintes de se réapproprier des savoir-faire ;
  • absence de synergies : on n’identifie aucune synergie digne de ce nom, même pas à l’état potentiel.

 

Pour ces raisons, nous rejetons votre décision. Les agentes et agents directement concernés devront en supporter les conséquences : perspectives professionnelles incertaines, pertes financières, voire perte de leur emploi au cas où il ne serait pas possible de leur proposer un poste approprié, tel sera le résultat des courses.

 

 

Proposition principale de garaNto

Nous vous prions de revenir sur votre décision et de tenir compte des réserves justifiées émises par la majorité des membres du GT sur la stratégie en matière de contrôle dans le TMC, notamment en ce qui concerne les contrôles formels de la Div. 5 et 4 devant être décentralisés. 

 

Propositions subsidiaires de garaNto

Pour le cas où vous ne retireriez pas votre décision, nous formulons les propositions suivantes:

  • associer garaNto à la suite des travaux de conception et de mise en œuvre ; à cet effet, le syndicat déléguera deux représentants au sein de l’organisation de projet, soit un membre de la section Berne et un membre du comité central;
  • offrir aux employées et employés concernés, qui pour des raisons familiales ou professionnelles ne peuvent travailler dans les postes de douane prévus, un travail équivalent sans perte de salaire ;
  • instituer sans délai un service de consultation interne, lequel conseille et assiste le personnel touché.

Comité central de garaNto (30.05.2011)

Retour

 

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus