La Confédération manœuvre, l’AFD hésite, garaNto agit

25.02.2011

Sécurité et dotation en personnel

 

La conférence de presse donnée par le syndicat garaNto jeudi 3 février a eu, sans conteste, un impact retentissant dans les médias : dès midi, les nouvelles télévisées de tous les émetteurs nationaux ont rendu compte de nos revendications, et rebelote au 19:30, en bonne place. Le même jour, nombre de portails ont suivi, et le lendemain, ce fut le tour aux journaux.

 

Quelque temps auparavant déjà, un reportage de l’émission de la TSR Temps présent consacré à l’aggravation de la criminalité transfrontalière dans l’agglomération genevoise avait suscité de l’émoi en Suisse romande. Après l’annonce du point de presse de garaNto, l’adrénaline était montée d’un cran à l’intérieur et à l’extérieur de l’AFD. Peu avant ce rendez-vous avec les journalistes, le Conseil fédéral s’était empressé de faire état de l’octroi d’un supplément de postes de gardes-frontière et de nouveaux aspirants pour la Suisse française. Et le jour avant, l’AFD avait informé au sujet de la saisie à Genève d’armes interdites. Pure coïncidence ?

 

Ce n’est pas un hasard si, depuis belle lurette, garaNto a fait de la sécurité son cheval de bataille. La protection de la population contre le crime organisé et contre l’augmentation de la criminalité transfrontalière, tout comme, d’ailleurs, la sécurité des produits et des marchandises – sur laquelle veille avant tout la douane civile – constituent des tâches fondamentales de l’État. Logiquement, la protection du personnel assurant les contrôles sur place revêt une importance sans cesse accrue. Les collègues sur le terrain nous confient de manière récurrente que par peur d’insultes et attaques massives ils laissent tomber (ou doivent laisser tomber) tel contrôle délicat, alors qu’ils se plaignent souvent de la trop faible densité des contrôles subsistants et qu’ils préfèreraient remplir leur mission correctement.

 

Reste qu’il revient d’abord à d’autres de faire leur boulot comme il faut, tant il est vrai que le premier devoir de l’AFD et des autorités fédérales est de veiller à la sécurité de la population et de „leurs“ agents de la puissance publique en allouant les crédits ou budgets nécessaires. Un certain nombre de député-e-s sous la coupole l’ont bien compris et nous appuient – de la gauche à la droite de l’éventail politique.

 

Comme aucun des responsables directs n’a pris le risque de monter au créneau pour exiger les ressources en question, garaNto a pris le relais. C’est ainsi qu’une fois de plus ses porte-parole n’ont pas seulement endossé leurs casquettes de représentants syndicaux mais aussi – et à bon droit – revêtu leurs habits de citoyens loyaux (à l’égard du peuple souverain) et conscients de leurs responsabilités.

 

Oscar Zbinden, chargé de l’information de garaNto

 

Photos : Conférence de presse du 03.02.2011 à Berne (DC/OZ)

Retour