Le DFF souhaite moins d’évaluations 2 à l’AFD

20.10.2011

Évaluation du personnel de l’AFD en 2011

En regard de l’administration fédérale, l’Administration des douanes (AFD) et tout spécialement le Corps des gardes-frontière (Cgfr) affichent un bien trop grand nombre d’évaluations 2. C’est pourquoi garaNto a prié Mme Widmer-Schlumpf d’intervenir.

André Eicher, secrétaire central

Dans son mémoire du 7 septembre dernier, garaNto invite la conseillère fédérale Widmer-Schlumpf à intervenir auprès de l’AFD afin que celle-ci réduise de manière substantielle le nombre de notes 2 et qu’elle se rapproche des valeurs de référence de l’administration fédérale.

Dans sa réponse du 30 du même mois, la cheffe du Département fédéral des finances (DFF) écrit que le résultat global de l’évaluation du personnel peut être qualifié de tout à fait satisfaisant : échelon 4: 14,6%, échelon 3: 68,8%, échelon 2: 15,6% et échelon 1: 0,3%. En revanche, elle reconnaît que les différences entre la DGD, les directions d’arrondissement et le Cgfr sont trop grandes.

Néanmoins, Mme Widmer-Schlumpf ne veut pas imposer de directives contraignantes à l’AFD. À l’appui de sa décision, elle fait valoir que garaNto s’est toujours dit opposé à des quotas en matière d’évaluation. Le but de l’évaluation du personnel est une appréciation honnête et correcte des employés. Les évaluations ne devraient pas être adaptées à des quotas prescrits.

Pour conclure, la magistrate relève en substance ce qui suit dans sa prise de position : « Je suis convaincue que les attentes formulées par la direction de l’AFD suffiront à rapprocher le nombre d’évaluations à l’échelon 2 de la moyenne de l’administration fédérale ; pour cette raison, je renonce à  prendre des mesures plus poussées ».

Par conséquent, le signal gouvernemental est clair : il doit y avoir désormais moins d’évaluations 2 à l’AFD et en particulier au Cgfr. Dans le droit fil d’un jugement de Salomon, Mme Widmer-Schlumpf laisse toutefois le choix des moyens à l’AFD pour atteindre cet objectif.

Au plus tard au terme de l’évaluation du personnel de 2011, nous saurons si et dans quelle mesure ce signal gouvernemental aura été suivi d’effet. En janvier 2012, lorsque nous disposerons du dépouillement définitif de l’AFD, garaNto examinera la chose de près.

Caricature : François Maret

Retour