Enfin un geste pour le personnel

Décembre est toujours un mois décisif pour Garanto. A chaque session d’hiver, le Parlement débat du budget et du crédit relatif au personnel. Début décembre, contrairement aux années précédentes, une réduction du crédit a été rejetée, et des augmentations salariales à hauteur de 0,6% ont même été décidées.

Garanto et la Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC) veulent qu’elles soient versées à titre de compensation du renchérissement.

La décision en faveur de modestes augmentations salariales a pu être prise, parce que les mesures d’atténuation pour les réductions prévues de Publica étaient en discussion. Dans le contexte du budget, il n’y avait pas de majorité entre les deux conseils. Le financement serait venu d’une part d’un crédit supplémentaire, d’autre part des budgets 2018 et 2019, dans lesquels les hausses salariales auraient été intégrées. C'était la suggestion du Conseil fédéral, à laquelle Garanto et toutes les associations du personnel fédéral se sont fermement opposés.

Etonnamment, la majorité du Conseil national a voté pour les hausses salariales, mais contre les mesures d'atténuation de Publica. Notre engagement continu lors de discussions avec Ueli Maurer et les parlementaires bourgeois a-t-il payé? On doit répondre par l’affirmative. Nos efforts auprès du Chef du personnel fédéral, le Conseiller fédéral Ueli Maurer, y ont également contribué. Cette année, il s’est engagé pour le personnel fédéral de manière exemplaire: „Si nous voulons avoir une bonne réputation auprès de la population et sur le marché du travail, l'administration doit avoir les meilleurs employés. Nous avons besoin de capacités, de personnel opérationnel garantissant un bon fonctionnement. Ils ont un coût."

Quelle est la suite?

Garanto et la Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC) essaient d’obtenir que les mesures de réduction soient repoussées d’une année, et qu’une nouvelle solution pour l’atténuation financière soit mise sur pied. Nous avons donc écrit au Conseiller fédéral Ueli Maurer en novembre déjà pour lui demander une discussion en janvier.

Heidi Rebsamen, secrétaire centrale

Retour