Femmes au pouvoir

15.06.2012

 

On a franchi nombre d’étapes importantes depuis l'introduction du suffrage féminin il y a 41 ans, mais le chemin pour atteindre une égalité effective entre femmes et hommes est encore long! Fait des plus regrettable, les femmes sont toujours défavorisées dans leur vie privée comme sur le plan professionnel. D’aucuns les voudraient encore seules à leurs fourneaux, à la poutze, à la lessive, au repassage, à la cuisine, chouchoutant et assistant fils et maris. Ont-ils peur de l’arrivée de cette femme nouvelle émancipée, qui sait ce qu’elle veut et se montre forte, courageuse, tenace ?

 

Car pour la femme être à la hauteur, savoir faire des « choses » d’hommes et peut-être mieux que les hommes, exceller dans ces domaines considérés il y a quelques années encore comme autant de chasses gardées du sexe fort, c’est un combat quotidien. Outre la grande responsabilité de donner la vie, nous assumons une bonne part de l’éducation des enfants, nous nous occupons de leur subsistance, de leur assistance, du ménage, nous avons un travail rétribué et cherchons à faire fonctionner le tout. Non, je n’exagère pas! Je vous assure que la journée d’une femme qui se débrouille entre famille et travail est longue, très longue. Elle commence à l’aube et termine quand il fait nuit.

 

En tant que femme et pour les femmes, je ne peux que les soutenir. Nous autres femmes sommes plus coriaces. Nous combattons sans faire la guerre, nous sommes plus concrètes, toujours prêtes à trouver une solution. Nous ne nous cachons pas ou ne fuyons pas nos problèmes, nous les affrontons pour le meilleur et pour le pire. Mais par-dessus tout, nous pouvons travailler avec la tête et le cœur, dans un équilibre parfait. Nous avons un plus grand sens de justice et d'humanité.

 

Telles sont les femmes que je veux soutenir, que je veux voir accéder au pouvoir : des femmes comme moi, pétries de sensibilité, d’humanité, alliant douceur et  force d'âme. Des femmes ayant une vie privée pleine et riche, qui sont satisfaites de leur existence et se réalisent à la maison et au bureau.

 

Mais comment soutenir une femme qui n’a rien d’une femme? Une femme qui agit, qui se comporte comme un homme. Une femme, probablement, qui n’ayant aucune vie sociale donne libre cours à sa détresse au travail en profitant de son pouvoir. Est-ce pour cette raison qu’il y a encore bien peu de femmes au pouvoir ?

 

L’autre jour, je lisais sur son blogue la déception du journaliste italien Claudio Sabelli Fioretti, je cite : «En chevauchant la vague périlleuse du politiquement incorrect, je dois admettre que les femmes ne sont pas sorties des sentiers battus. Et je crois savoir pourquoi. C’est parce que les femmes n’accèdent aux plus hautes responsabilités que si elles sont cooptées par les hommes, qu’ils les sélectionnent en fonction de leur ressemblance avec eux. Ainsi, les femmes qui sont au pouvoir font les guerres comme les hommes, elles s’abstiennent de promouvoir la justice sociale comme les hommes, elles taxent les pauvres et défendent les capitaux des riches exactement comme les hommes l’ont toujours fait. Elles sont cruelles, arrogantes et présomptueuses comme les hommes. C’est triste de l'admettre: les femmes au pouvoir sont des hommes.»

 

Alors là, j’ai un doute: devons-nous soutenir indistinctement toutes les femmes?

 

Debora Caminada

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire de Garanto


GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg