Garanto gravé dans mon cœur

Le 1er décembre 2007, j’ai pris ma fonction de secrétaire central dans les bureaux de Garanto à la Monbijoustrasse 61 à Berne. À ce moment-là, je ne me doutais pas encore à quel point les années à venir allaient être difficiles, un véritable défi même pour les suivantes.

 

Diminution des rentes et du salaire

Les mesures d’économies orchestrées par le Parlement et le Conseil fédéral ont été difficiles à digérer : la baisse du niveau des prestations en ce qui concerne les rentes de Publica et transitoires, l’augmentation de l‘âge de l’âge de la retraite auprès du Cgfr ou la division par deux de l’évolution salariale à partir de 2016. Si nous portons un regard sur l’avenir, il est très rapidement perceptible que le Conseil fédéral et le Parlement veulent poursuivre imperturbablement leur marche sur la voie des économies. Au banc d’essai, on trouve entre autre la suppression totale des rentes transitoires ainsi que la refonte du système salarial dont l’issue est incertaine.

 

Lueurs d’espoir

En 2010, Garanto et les associations du personnel de la Confédération ont réussi à empêcher le changement de système initié par les anciens conseillers fédéraux Hans-Rudolf Merz et Christoph Blocher voulant le passage de la Loi sur le personnel de la Confédération (LPers) au Code des obligations (CO). Il est important de relever aussi que nous avons également pu négocier à chaque fois de 2009 à 2015 des augmentations du salaire réel à côté de la compensation du renchérissement.

 

Il est aussi réjouissant de parler de l’AFD : malgré une pression permanente, cette dernière a réussi à mettre en œuvre de manière supportable au plan social la suppression de postes ordonnée par le Conseil fédéral et le Parlement ainsi que d’innombrables réorganisations.

 

Garanto est capable de mobiliser

Le personnel de la douane et du Corps des gardes-frontière est devenu plus combatif. Si nécessaire, les revendications afférentes à la profession et au droit du personnel exercent une pression pour des actions syndicales. En 2010, par exemple, sous le slogan « La sécurité n’admet aucun compromis ! », 200 employés de l’AFD ont exigé à Bâle, St. Margrethen, Chiasso et Bardonnex/GE davantage de personnel pour la douane et le Cgfr. En automne 2015, 50 membres de Garanto et employés de l’AFD protestèrent à Zurich et presque autant à Saint-Gall contre la fermeture de bureaux de douane. Pas moins de 150 d’entre nous protestèrent en novembre 2015 à Berne, avec les autres associations du personnel, contre la suppression de postes et le démantèlement salarial planifiés.

 

Collaboration

En la matière, Garanto n’est pas seul. Précisément dans les temps difficiles que nous vivons, des requêtes communes, mais également des actions communes avec la Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC) sont impérativement nécessaires. À l’encontre du Conseil fédéral et du Parlement, Garanto seul ne peut pas faire grand-chose. Dès lors et l’avenir, la collaboration au sein de la CNPC sera encore plus importante qu’aujourd’hui.

 

Instances de Garanto

Au cours de ces années passées, j’ai vécu une collaboration intensive et fructueuse, avec les instances de Garanto. Les membres du comité central, des comités de sections, de la commission de gestion et du groupe de mobilisation ont fourni et fournissent jour après jour un gros travail marqué du sceau de leur propre conviction et d’un engagement syndical important. Cela ne va pas de soi. La même constatation s’applique à tous les membres qui s’engagent toujours et aussi spontanément pour les intérêts des employés de l’AFD lors de manifestations et d’actions syndicales. Cet engagement met Garanto en exergue.

 

Je tiens à exprimer tout spécialement ici ma gratitude envers le personnel du secrétariat central, en l’occurrence auprès de Debora Caminada, responsable de l’administration et de la comptabilité, et d’Oscar Zbinden, chargé de l’information. Pendant plus de huit années, ils m’ont appuyé de manière professionnelle et avec énergie. Ils m’ont motivé dans mon activité quotidienne et veillé en outre à ce que je place de manière correcte les accents de la politique syndicale.

 

Maintenant, je suis à la retraite. Au cours des années à venir, je me consacrerai entre autre à une activité bénévole en tant que conducteur Croix-Rouge. Je reste pourtant lié à Garanto et au mouvement syndical. Je souhaite plein succès et beaucoup de satisfactions dans son nouveau job à Heidi Rebsamen qui assume ma succession.

 

André Eicher, ex secrétaire central de Garanto

Retour

 

Rollator-Grenzwaechter_.jpg

Assemblée extraordinaire des gardes-frontière à Olten, MA 5 sept. 2017, 11h - 14h

Centre culturel Schützi à Olten (près de la piscine, 10 minutes à pied de la gare d’Olten): Contre l'augmentation de l'âge de la retraite à 65 ans! Discussion sur des mesures et actions contre la décision du Conseil fédéral. Garanto compte sur toi! Annoncez-vous toute de suite à 4ImOho+gh4GSgY6Uj86DiA@nospam

Kulturzentrum Schützi, Olten
Kulturzentrum Schützi, Olten

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus