Jobs passionnants, mais difficiles

20.09.2014

Le long corridor étroit menant aux cabines de contrôle des passeports « Les Trompettes » est resserré et sombre. Cette installation ne constitue que l’un des nombreux passages douaniers à l’aéroport et se trouve sous le terrain d’aviation. Au-dessus, un soleil brûlant brille sur Genève dans un ciel bleu, sans nuages. Exceptionnellement, on vit en ce 28 août un des rares jours d’été de cette année.  Les gardes-frontière se trouvant dans les cabines de contrôle des passeports « Les Trompettes » n’en ont que faire. Jusqu’à huit heures par jour, ils travaillent dans ces petites cabines, toujours à la lumière artificielle, sans  aucune vue.

 

L’après-midi et comme à l’ordinaire, il n’y a pas beaucoup d’animation ici, d’où une bonne occasion de visiter les installations de l’AFD à l’Aéroport de Genève. Le commandant de la Région Cgfr VI (GE), Claude Meylan, le chef de division de l’Arrondissement des douanes III,  Jean-Marc Donzallaz, l’inspecteur de douane Vanni Soldati et le chef de poste Eric Launaz ont conduit le comité central de Garanto au travers de plusieurs lieux de service bien dispersés de la Douane et du Cgfr. Nous avons commencé notre tournée auprès du Trafic des voyageurs à l’Inspectorat de douane de Genève Aéroport, où l’inspecteur Soldati a commenté l’organisation et les services du personnel de la Douane civile. Tous prêtent une oreille attentive lors des discussions avec le CC et les collaborateurs sur place. Espérons-le aussi pour la proposition de Garanto voulant que dans le « boyau » sombre de « Les Trompettes » et pour la protection de la santé des collaborateurs, les changements interviennent consciencieusement et que l’on ne doive plus y travailler une journée entière : après deux heures, chacun doit pouvoir passer à un autre endroit supportable et à la lumière du jour.

 

Une lueur d’espoir réside dans le fait que l’on devrait tester prochainement à Genève des cabines de contrôle des passeports automatisées. Si tout se passe bien, on aurait besoin là de moins de gardes-frontière et, de ce fait, les brèches à la frontière pourraient être mieux comblées. Si, en outre, le canton de Genève – comme on l’envisage – allait effectuer le contrôle des passeports par ses propres contrôleurs, des ressources deviendraient alors libérées pour d’autres tâches du Cgfr.

 

Confronté au reproche entendu ici et là que la Douane et le Cgfr se laissent manœuvrer  par l’Aéroport de Genève, tout en ne pouvant faire passer leurs besoins comme à Zurich, le commandant de la Région Cgfr tient à souligner toutefois que ce n’est pas l’AFD, mais bien l’aéroport qui prend en charge sur place les structures immobilières de cette dernière. Le fait que l’Aéroport de Genève se trouve partout à l’étroit, la seule possibilité d’extension possible se situant vers l’Est, est explicable. Cela complique pourtant sensiblement le service sur place, malgré les améliorations intervenues dans l’intervalle ainsi qu’à venir.

 

Oscar Zbinden, chargé de l'information Garanto

Retour

 

Rollator-Grenzwaechter_.jpg

Assemblée extraordinaire des gardes-frontière à Olten, MA 5 sept. 2017, 11h - 14h

Centre culturel Schützi à Olten (près de la piscine, 10 minutes à pied de la gare d’Olten): Contre l'augmentation de l'âge de la retraite à 65 ans! Discussion sur des mesures et actions contre la décision du Conseil fédéral.

Kulturzentrum Schützi, Olten
Kulturzentrum Schützi, Olten

GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus