La compensation du renchérissement reste indiscutée

30.06.2009

Mesures salariales 2010 : premier entretien avec M. Merz

Vendredi 12 juin 2009, les associations du personnel fédéral ont eu un premier échange de vues avec le ministre des finances au sujet des mesures salariales 2010. Le fait que l'indexation n'ait pas été remise en question est un signal important tout spécialement en période de crise.

 

À cette occasion, les associations du personnel fédéral ont pris acte non sans satisfaction que le Conseil fédéral adhère au principe de la compensation du renchérissement et qu'il est disposé à examiner une éventuelle décharge des employés du groupe d'âge 45 à 54 ans dont les cotisations à la caisse de pension ont été fortement relevées au cours des dernières années. Il s'agit ici d'une requête des syndicats qui contribuerait au maintien du pouvoir d'achat, un enjeu de taille dans la période actuelle.

 

Confédération responsable

La Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC) - composée des syndicats garaNto, APC, SSP et AP Fedpol - a réaffirmé les revendications précédemment déposées auprès du conseiller fédéral Merz: premièrement, la compensation du renchérissement intégrale est indispensable et doit rester la règle à l'avenir. Deuxièmement, les salaires du personnel de la Confédération présentent un retard en termes de salaire réel, qui doit être compensé par une augmentation salariale d'au moins 1% pour tous en 2010. Troisièmement, la Confédération doit tenir ses engagements et compenser - du moins partiellement - le renchérissement pour les retraités, dont les rentes n'ont plus été indexées depuis plusieurs années. La CNPC prévoit de conférer plus de poids à cette légitime revendication des bénéficiaires de rente en organisant des actions.

La Confédération ne peut pas se cacher derrière la crise, elle doit au contraire montrer l'exemple et assurer le pouvoir d'achat de son personnel. Enfin, la CNPC a rappelé l'ampleur des besoins en matière de formation continue, et demandé des congés payés garantis à cet effet.

 

Révision de la LPers : à  différer, ou arrêter les frais

Concernant la modification de la loi sur le personnel de la Confédération, la CNPC demande au Conseil fédéral d'arrêter les frais, au vu des résultats négatifs de la procédure de consultation, ou au moins d'attendre l'évaluation en cours par le Contrôle parlementaire de l'administration. Toute autre démarche serait un affront et relèverait du dilettantisme et de l'inefficacité. Il est notamment inacceptable, estime la CNPC, de  vouloir faciliter le licenciement à la Confédération, projet qui trahit un manque de considération du Conseil fédéral envers un personnel pourtant très performant. Le 12 juin, M. Merz a laissé entendre qu'il réexaminerait les points les plus controversés du droit du licenciement.

 

RZ/AEi, OZ

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus

GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg