La direction générale des douanes fait du surplace

22.05.2008
Propositions de classifications de garaNto - le point en avril 2008

 

Réuni à Berne les 21 et 22 avril, le comité central (CC) de garaNto a salué le succès obtenu dans le cas des inspecteurs antifraude douanière, mais il est amèrement déçu des décisions prises par le directeur général au sujet des propositions de classement des chefs de service et des réviseurs de douane des BD d'aéroports. Ci-après, garaNto se livre à une première appréciation des propositions en souffrance.

 

Rolf Uster, président central de garaNto

 

La rencontre de garaNto avec le directeur général Dietrich et le chef du personnel Glauser le 28 mars dernier et les décisions de la direction générale des douanes (DGD) communiquées par écrit le 9 avril ont été suivies, finalement, par le bulletin d'information „Classifications" publié le 17 avril dans l'intra douane. Mis à part la satisfaction éprouvée dans le cas des services d'enquêtes, le personnel civil est consterné par les décisions récentes de la DGD. Il ressent, en termes de rémunération également, une absence de considération pour son travail. Le syndicat a reçu de nombreuses réactions négatives de la part de membres ; en effet, toujours plus de tâches impliquant des responsabilités ont été, et sont de plus en plus, déléguées vers le bas sans effet sur la pochette de paie.

 

Côté Cgfr, le directeur général suscite des espoirs de reclassements futurs, ce qui va tout à fait dans le sens de garaNto.

 

Succès ici ...

Les reclassements afférents aux sections antifraude douanière au 1er août prochain sont un succès venant couronner de longs efforts de garaNto, une réussite nommée désir.

 

...et pilule amère là

Les exigences posées aux chefs de service dans l'exploitation se sont nettement accrues au cours des dernières années et le besoin d'agir concernant les reclassements n'est plus à démontrer. Dans sa lettre de 2001, le directeur général, certes, a fait montre d'une grande compréhension à l'égard de cette proposition. Mais il l'a déjà rejetée à l'époque, en arguant du „système de classification affiné" prévalant à l'AFD et de l'introduction d'un nouveau système salarial (qui se fait toujours attendre...). Un groupe de travail interne à la douane, formé dans la foulée de la proposition de garaNto de 2001, est parvenu à la conclusion que le reclassement de la fonction clé „cheffe/chef de service" en 21e classe de salaire se justifiait, mais uniquement en lien avec un réexamen général des classifications.

 

Justification pas très plausible

Le directeur général écrit dans son bulletin du 17 avril dernier : "Il est renoncé à un réexamen global de toutes les classifications de l'AFD. Dans son principe, le système de classification en vigueur depuis de nombreuses années à l'AFD est correct et ne comporte pas de grandes irrégularités." Reste qu'à défaut d'informations écrites et en l'absence de toute visite de poste, M. Dietrich ne fournit guère d'explication de ses déclarations. Pour garaNto, l'article 15, LPers : „L'employeur verse un salaire à l'employé. Le salaire dépend de la fonction, de l'expérience et de la prestation" s'applique encore et toujours.

 

Cela étant, on ne saurait argumenter à l'aide de „fonctions de référence" d'un nouveau système salarial encore dans les limbes, dont les syndicats, comme de bien entendu, ignorent encore tout. Le CC ne peut se défendre de l'impression qu'en l'espèce, sans examen approfondi sur place et en l'absence de toute négociation préalable avec le partenaire social, des décisions ont été prises au pifomètre. GaraNto ne décèle pas de volonté, côté DGD, de faire quelque chose pour les revenus moyens et modestes des employés de la douane au niveau des offices.

 

Sur le plan de la rémunération, leurs tâches habituelles font la culbute. Alors qu'on en remet à l'encadrement à partir de la 24e classe de salaire ( 2,5%, et 5% dès la 30!), l'exploitation reste les mains vides. Dans la droite ligne d'une telle politique, le directeur général des douanes fait réexaminer les classifications des officiers et commandants des régions au Cgfr, à partir de fonctions de référence inconnues de garaNto. Tout se passe comme si, à ses yeux, les responsables en question, contrairement aux cheffes/chefs de service, n'avaient plus de tâches ordinaires et actuelles à remplir, mais uniquement des missions nouvelles et mieux classées.

 

Le CC va arrêter la suite des opérations

Les sections de garaNto ont reçu entre-temps la lettre du directeur général concernant les décisions prises. Il n'est pas possible pour le syndicat de se prononcer à court terme, étant donné que le CC doit d'abord analyser de près les choix de la DGD. Le CC va en débattre durant l'été, puis il fixera la suite des opérations. Il est prévu de consulter les sections à l'automne. Sur quoi le comité central, se fondant sur son analyse et sur les réponses attendues des sections, enverra un courrier à la DGD. Aujourd'hui comme hier, le CC est convaincu qu'au chapitre du salaire les choses doivent bouger même dans le cas des fonctions de la douane et du Cgfr rangées en bas et au milieu de l'échelle. Quant à savoir si la distinction faite entre „ouvrières" et „reines" est la bonne formule, rien, dans l'optique syndicale, n'est plus incertain.

 

 

Propositions de classifications de garaNto pendantes à la DGD

 

Reclassement des chefs de service dans l'exploitation (section motionnaire : ASFD, Bâle, 2001)

Proposition : Les cheffes/chefs de service dans l'exploitation sont à ranger en 21e classe de traitement, eu égard au large éventail et à l'importance de la croissance des tâches enregistrée au cours des dernières années.

 

Classification des réviseuses/réviseurs dans le trafic des voyageurs à l'aéroport de Zurich en 16e classe de traitement (section motionnaire : Zurich, congrès 2004)

Proposition : La fonction des réviseuses/réviseurs affectés au trafic des voyageurs du bureau de douane de Zurich aéroport doit être désormais rangée dans la 16e classe de salaire comme position terminale.

 

Classement des suppléant-e-s de chef-fe d'équipe dans le service des passagers des bureaux de douane d'aéroports en 18e classe de traitement (section motionnaire : Zurich, congrès 2004)

Proposition : La fonction de suppléant-e du/de la chef-fe de service dans le service des passagers des bureaux de douane d'aéroports est rangée désormais dans la 18 classe de salaire comme position terminale.

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus

GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg