Le 1er Mai 2014 fêté partout en Suisse

24.05.2014

Dans environ 50 villes de Suisse, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté le 1er Mai 2014, jour de la Fête du Travail, pour un bon travail et un salaire minimum. Rien qu’à Zurich, 14'000 manifestant(e)s ont formé, sans heurts, un impressionnant rassemblement.

 

Nationalement, le 1er Mai 2014 a souligné avec force la nécessité de l’initiative sur les salaires minimums. Ainsi, le président de l’USS, Paul Rechsteiner, a jugé, dans son allocution à Nürnberg (D), que la revendication de salaires minimums « est aujourd’hui aussi importante que l’était hier l’interdiction du travail des enfants, l’introduction des horaires de travail maximums et la réglementation du droit aux vacances.»

 

À Zoug, la coprésidente d’Unia, Vania Alleva, a évoqué le vent de panique déclenché par les adversaires de l’initiative : « Ils font comme si l’acceptation de l’initiative allait entraîner la moitié du pays par le fond. Alors qu’il s’agit d’une modeste augmentation de 0,5% de la masse salariale suisse, répartie sur trois ans ! Un supplément tout à fait supportable pour l’économie, mais une amélioration absolument décisive pour les personnes concernées. » Et Renzo Ambrosetti, coprésident d’Unia, mit en évidence à Fribourg le fait que l’introduction de salaires minimums ferait progresser la lutte contre la discrimination salariale des femmes : « En Suisse,  les femmes gagnent encore et toujours 18% de moins que les hommes. Deux tiers des employés à bas salaires sont des femmes. »

 

À Olten, la présidente du SSP, Katharina Prelicz, a décrit ce qu’apporteraient de meilleurs salaires minimums dans les garderies et l’accompagnement des personnes âgées : « Le travail deviendrait plus attractif. Davantage de personnes opteraient pour ces professions et y resteraient aussi. » D’autres thèmes important du 1er Mai se retrouvent dans les citations ci-dessous :

 

À Fleurier, Alain Carrupt, président de Syndicom, a fustigé l’inégalité des revenus en Suisse: « Aujourd’hui, la Suisse compte plus de 11 000 personnes touchant un salaire d’un demi-million de francs ou plus par an. C’est quatre fois plus qu’en 1997. Et de l’autre côté 330’000 qui gagnent moins de 4000 francs par mois. C’est un scandale absolu ! »

 

Autres thèmes importants

Daniel Lampart, s’exprimant à Rheinfelden et Wohlen sur la situation après le 9 février : « Nos revendications sont claires et logiques : celui ou celle qui est engagé en Suisse doit recevoir un salaire suisse et travailler à des conditions suisses. La famille et le travail doivent être conciliables […] Nous combattrons les systèmes de contingentement discriminatoires et qui précarisent. »

 

Giorgio Tuti a défendu à Brigue : « ‘AVS plus’ comme la seule solution qui amène vraiment quelque chose aux gens qui ne peuvent vivre actuellement que très chichement de leur retraite et à ceux qui aujourd’hui attendent avec angoisse le moment de leur mise à la retraite […] La requête est urgente. Nous sommes fiers, à juste titre, de notre AVS et nous voulons continuer à l’être, car l’AVS permet de vivre sa retraite dans la dignité. »

 

Corrado Pardini, intervenant à Langenthal, fit en sorte que ce 1er Mai regarde l’avenir  avec optimisme: « En Suisse, tout semble se passer comme de coutume, sans que rien ne change. Dumping salarial. Démontage des services publics. Attaques contre l’AVS. Réduction des impôts pour les entreprises et les riches. Les économistes se tiennent au garde-à-vous. » Oui, mais : « Ce 1er Mai, le vent d’une nouvelle époque nous pousse ».

USS, E.A/fq (01.05.2014)

Retour

 

Rollator-Grenzwaechter_.jpg

Assemblée extraordinaire des gardes-frontière à Olten, MA 5 sept. 2017, 11h - 14h

Centre culturel Schützi à Olten (près de la piscine, 10 minutes à pied de la gare d’Olten): Contre l'augmentation de l'âge de la retraite à 65 ans! Discussion sur des mesures et actions contre la décision du Conseil fédéral. Garanto compte sur toi! Annoncez-vous à aQAHDwYpDggbCAcdBkcKAQ@nospam jusqu’au 16 août !

Kulturzentrum Schützi, Olten
Kulturzentrum Schützi, Olten

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus