Nouvelle série: Appréciation syndicale de projets de l’AFD (I)

14.08.2007
(OZ) La plupart des membres du comité central (CC) de garaNto collaborent aussi au sein des projets ou groupes de travail nationaux de l'Administration fédérale des douanes (AFD). Dans la présente série, des membres du CC présentent des projets de l'AFD dans une optique syndicale. Les appréciations en question ne sont ni exhaustives ni définitives - aussi peu que maints projets eux-mêmes - et ne reflètent pas davantage l'opinion collective de l'organe dirigeant de garaNto. D'autres contributions paraîtront en vrac dans les prochaines livraisons de notre journal.

 

Corps des gardes-frontière : projet de réorganisation Innova

 

Innova à l'épreuve de la pratique : des correctifs s'imposent !

 

Depuis le 1er janvier dernier est mis en œuvre tout ce qui a été projeté dès mars 2003. De l'avis de garaNto, certaines décisions appliquées nécessitent encore des adaptations, notamment dans le domaine du personnel. Le syndicat garaNto a œuvré dans les secteurs Formation, Transposition des RH et Descriptifs de postes, défendant dans les groupes de travail respectifs les intérêts supérieurs de ses membres.

 

David Leclerc, vice-président de garaNto

 

Depuis sa création il y a plus d'un siècle, le visage du Corps des gardes-frontière (Cgfr) a relativement peu changé. Naguère, l'introduction de nouveaux uniformes ou les prescriptions sur la coiffure ont beaucoup occupé le syndicat ; c'est dire si le grand chantier Innova va entrer dans les annales.

Le but d'Innova est de réorganiser le Cgfr en fonction du futur et des nouvelles tâches qui seront les siennes pour la sécurité du pays. Les anciennes structures ont été cassées, l'organisation et nombre de processus ou dispositifs redéfinis et introduits. Un nouveau poids a été conféré à la formation. La responsabilité de l'engagement a été déléguée vers le bas, au front. Avec Innova, le personnel doit répartir son service lui-même et cogérer ainsi ses besoins en termes de temps libre et de vie sociale.

D'entrée de cause, garaNto a collaboré dans tous les dossiers importants du présent projet relevant de la politique du personnel, tout en adressant les revendications suivantes aux responsables de projet et à la direction du Cgfr :
1. maintien par Innova, en matière de formation, de la culture propre au Cgfr ;
2. impératif assigné à Innova d'être motivant pour le personnel ;
3. non-détérioration des acquis sociaux du / de la garde-frontière pris à titre individuel ;
4. garantie de la participation à tous les niveaux ;
5. impératif d'une mise en œuvre socialement acceptable ;
6. respect dans les éventuelles phases d'essai des prescriptions générales en matière de droit du travail actuellement en vigueur, notamment des prescriptions concernant le temps de travail.

Ci-après, notre appréciation syndicale ayant trait à ces revendications :

1. Culture propre au Cgfr
D'une manière générale, notre propre culture a été maintenue ; reste que la mise en œuvre fait ressortir qu'il faudra encore un certain temps pour que l'identité soit de nouveau consolidée. Il s'agit en l'occurrence, en premier lieu, d'adapter constamment la formation aux besoins, afin de répondre aux exigences futures liées à la profession.

2. Motivation
La motivation en tant qu'élément capital a quelque peu souffert au début en raison de l'imprudence de quelques interlocuteurs du Corps connaissant bien le dossier, qui ont largement répandu des informations non vérifiées. Aujourd'hui, au stade de la mise en œuvre, on note un certain scepticisme : tous ne sont pas convaincus des résultats.
Sur ce point, la direction du Cgfr à tous les niveaux doit entreprendre de plus grands efforts. Le personnel fédéral est déjà suffisamment arnaqué comme ça ; dans ces circonstances, un environnement du travail motivant s'impose ! Dès la phase initiale du projet, garaNto n'a eu de cesse de réclamer une politique de l'information offensive de la part des responsables. Mais cette doléance se heurta à des oppositions.

3. Sauvegarde des acquis sociaux
Ce point est bien le plus difficile, tant il est vrai que les nouvelles prescriptions concernant la durée du travail, les horaires de travail, la nomination ou la non-nomination ont une influence décisive sur chaque employé. L'aspect déterminant pour Innova était et reste le fait que ce projet ne s'inscrit pas dans une logique d'économies et de résiliations potentielles, chose que garaNto n'aurait pu accepter.

4. Participation à tous les niveaux
La participation au stade des projets partiels relatifs à la politique du personnel a joué au niveau DGD-CC de garaNto, et des explications ont eu lieu à de réitérées reprises. Il faut toutefois relever qu'à l'échelon Commandement - sections de garaNto ce ne fut pas toujours le cas et que parfois des critiques ont dû être émises.

5. Mise en œuvre socialement acceptable
Le groupe de travail Mise en œuvre RH lui a voué une grande importance. Les responsables ont reconnu que des erreurs dans ce domaine pouvaient avoir de graves répercussions en termes de motivation et d'attitude vis-à-vis du travail. Reste que ce que nous avons observé dès le début s'est vérifié : la nouvelle organisation aidant, il y aura moins de postes à l'échelon des cadres à partir de la 15e classe de salaire.
Dans les régions, la mise en œuvre socialement acceptable est diversement respectée et réalisée. Il est apparu à cet égard que chaque responsable a une autre acception du „socialement acceptable", avec à la clé la non-réélection de 92 cadres. La façon dont on s'est comporté à l'égard du personnel dans certaines parties du Cgfr et l'arrogance manifestée dans les rapports humains ne sont pas de nature à favoriser le climat de travail. Sur ce point, garaNto a sollicité une intervention rigoureuse des cadres supérieurs de la DGD.

6. Respect des prescriptions relatives au droit du travail
Le présent volet a été tenu, à la satisfaction générale. Reste que le réveil fut d'autant plus brutal, au moment du passage aux nouvelles prescriptions sur la durée du travail. GaraNto a demandé que le respect des prescriptions en question soit soumis à une étroite surveillance, car il apparut dès la consultation qu'il y aurait des problèmes. Les prescriptions sur le temps de travail en vigueur actuellement sont conformes à la législation, mais parfois en contradiction avec les modèles de travail adoptés dans les régions. Sur ce dossier, garaNto exige une nouvelle fois des adaptations dès le second semestre de cette année.

Appréciation finale
Le projet Innova se trouve maintenant dans la phase de mise en œuvre et les chantiers encore ouverts sont connus. À présent, il s'agit d'aborder les problèmes en suspens tranquillement et après mûre réflexion. Les revendications articulées par garaNto ont été pour la plupart entendues et la concertation sociale n'a pas capoté en lien avec le présent projet. Il n'en demeure pas moins que garaNto continue de revendiquer que dans la suite de l'application d'Innova, notamment en ce qui concerne les prescriptions sur la durée du travail et l'adaptation des plans pour les tours de service, la dite concertation sociale soit strictement respectée à tous les niveaux, équipes ou teams, postes, commandements de région ou DGD. Toute dérogation aux dispositions légales amènerait garaNto à se distancier.
En matière de politique du personnel, garaNto demande que les personnes non élues aient, en vertu du plan social, une chance réelle d'accès aux nouveaux postes mis au concours. Innova ne sera un succès qu'à la faveur d'une concertation sociale vécue, authentique et d'un respect réciproque. La voie engagée est la bonne ; œuvrons de concert à relever le présent défi, le plus grand que le Cgfr n'ait jamais connu !

Retour