Notre lutte va se poursuivre

23.06.2005 Programme d’allégement budgétaire 2004 du Conseil fédéral
Notre lutte va se poursuivre
Une déferlante de lettres de protestation submerge, depuis le 24 mai dernier, les bureaux du conseiller fédéral Merz. Qui en a cité quelques extraits à l’occasion de son entretien du 27 mai avec les partenaires sociaux de la Confédération. Et le ministre des finances de prendre acte que son personnel n’est pas content de lui.
Lundi 30 mai, jour de l’ouverture de la session d’été du Parlement fédéral. Les associations du personnel remettent à Mme Thérèse Meyer, présidente du Conseil national, une pétition contre le démantèlement des prestations de Publica, contre le démantèlement des salaires à coups d’ukases parlementaires et contre les licenciements à la Confédération. Près d’un employé fédéral sur deux, soit 16'311, dont 1900 membres de garaNto, invitent le Conseil fédéral et le Parlement à tenir parole, en respectant les arrangements conclus avec les syndicats.
Le même jour des militant(e)s, de garaNto surtout, mettent en garde les parlementaires arrivant au Palais contre toute exubérance en matière d’économies…
Mardi 31 mai, la pression augmente d’un cran. De 17 à 17 h 30, toujours sous les auspices de notre syndicat, des actions de protestation sont organisées à un certain nombre de postes frontière à Genève, Chiasso, Bâle, Kreuzlingen et dans la vallée du Rhin saint-galloise. Nos gens sur place réussissent à susciter la compréhension d’une très large majorité de « voyageurs » pour les actions et préoccupations du personnel fédéral.
Mercredi 1er juin, la lutte continue sous la forme de veillées se relayant devant la Coupole.
Le même jour, vers 16 h, la décision tombe au Conseil national : les députés approuvent la loi fédérale sur le programme d’allégement budgétaire 2004 par 102 voix contre 68 et 5 abstentions. Pis, côté personnel, ils adoptent des coupes supplémentaires de l’ordre de 150 millions de francs dans le domaine des rémunérations, de plus de 100 millions dans les dépenses de fonctionnement et de 70 millions au chapitre de la réforme de l’administration. À l’image du Conseil des États au cours de la session de printemps, la majorité affairiste du National a, une fois de plus, montré son visage arrogant au personnel fédéral.
Cela étant, notre combat a-t-il été mené en vain ? Pas du tout, collègues ! Il va se poursuivre dès la rentrée, à partir d’août. En effet, de par leurs décisions, le Conseil fédéral et le Parlement ont manqué à la parole donnée au personnel. Pour le syndicat garaNto par conséquent, une chose est claire : le train de mesures salariales négocié en août 2004 est devenu obsolète et doit être renégocié. Depuis 1989, le personnel fédéral n’a plus bénéficié d’augmentation de salaire en termes réels. Lors des négociations à venir avec le Conseil fédéral à partir d’août 2005, garaNto n’acceptera aucun démantèlement, ni en matière de salaire réel ni du côté des prestations de la caisse de pensions. Le personnel de la douane et garde-frontière entend continuer de garantir un État qui fonctionne et fournisse des services d’un haut niveau qualitatif. Reste qu’atteindre un tel objectif présuppose un personnel en suffisance, des salaires décents et un partenariat social authentique.
Giordano Schera
Retour

 

Rollator-Grenzwaechter_.jpg

Assemblée extraordinaire des gardes-frontière à Olten, MA 5 sept. 2017, 11h - 14h

Centre culturel Schützi à Olten (près de la piscine, 10 minutes à pied de la gare d’Olten): Contre l'augmentation de l'âge de la retraite à 65 ans! Discussion sur des mesures et actions contre la décision du Conseil fédéral. Garanto compte sur toi! Annoncez-vous à aQAHDwYpDggbCAcdBkcKAQ@nospam jusqu’au 16 août !

Kulturzentrum Schützi, Olten
Kulturzentrum Schützi, Olten

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus