Évaluations personnelles à l’AFD : on ne peut plus continuer ainsi !

06.07.2012

6e CONGRÈS ORDINAIRE, 14 / 15 JUIN 2012 : Intervention du secrétaire central André Eicher

 

S’agissant de la position syndicale en matière d’évaluation du personnel (EP), nous sommes actuellement à un tournant, notamment en ce qui concerne les évaluations en 2. Jusqu’à présent, nous avons été plutôt sur la défensive. Mais dès aujourd’hui, nous optons pour le mode offensif, et remettons les pendules à l’heure.

 

Le quota de notes 2 doit être ramené, cette année, de 14,1 % à 6 % !

L’année dernière à l’AFD, 626 employés ont été noté 2 (14,1 %), alors que la valeur de référence de la Confédération est de 6 %. Si l’AFD s’orientait d’après ce chiffre de référence, nous n’aurions eu en 2011 ”que“ 267 agents notés en 2. Différence : 359. On le voit, c’est la porte grande ouverte à l’arbitraire.

 

L’AFD applique l’EP de manière erronée

Il n’est nullement prouvé que les appréciations soient honnêtes et correctes, comme se plaît à le répéter l’AFD en toute occasion; c’est au contraire une déclaration opportuniste, émanant en premier lieu de chefs incapables de diriger leur personnel sans l’argument massue de la note 2. Il serait préférable d’être correct avec les agentes et agents et de se vouer un respect mutuel. Le chef donne des retours positifs quand il y a lieu de le faire ; de même, il relève les erreurs commises, sans dramatiser.

 

Jusqu’ici, l’évaluation 2 a été minimisée : ce n’est pas une mauvaise appréciation, prétend la hiérarchie de façon récurrente. Or, que voyons-nous aujourd’hui ? Des agents se plaignent d’avoir été ignorés lors de concours internes. Et pour faire bonne mesure, une bonne douzaine d’employés ont écopé d’une réduction de

1 % à 2 % de leur salaire. Comme quoi notre AFD consent un „investissement“ hors du commun dans l’évaluation du personnel estampillée AFD, sans retour palpable. Au contraire : la bureaucratie, qu’on croyait morte et enterrée, se réjouit d’une nouvelle jeunesse.

 

Retour à la case départ : Investissons dans le personnel – maintenant !

Les personnes notées 2 éprouvent une grande frustration, laissant des cicatrices profondes. Ce sentiment de frustration affecte également les cadres moyens et inférieurs, contraints d’appliquer un système d’évaluation mal compris. Il est grand temps d’investir de nouveau dans le personnel, de sorte qu’il soit motivé et non démotivé.

 

Pression indispensable

Sans pression, l’AFD ne bougera pas. D’où le caractère inéluctable de conflits relatifs à l’application de l’évaluation du personnel. Les agents concernés et leur syndicat ne manqueront pas de ramasser le gant.

 

André Eicher, secrétaire central

Retour