Premier entretien avec le nouveau directeur général des douanes

Le 3 mai 2016, M. Christian Bock, nouveau directeur général des douanes, a reçu Garanto, premier syndicat à le rencontrer.

Le nouveau directeur général des douanes a déjà appris à connaître beaucoup de collaboratrices et de collaborateurs de l’Administration fédérale des douanes (AFD). Il a été surpris par leur motivation élevée et se réjouit de voir avec quelle conviction le travail est accompli. Il a assuré aux instances dirigeantes de Garanto, en l’occurrence au président central Roland Liebi, au vice-président Robert Bucher et à la secrétaire centrale Heidi Rebsamen, qu’il prenait le partenariat social très au sérieux et qu’il voulait que Garanto soit partie prenante lors de décisions importantes. Nous devons toujours avoir la possibilité de prendre position face à certaines affaires qui concernent le personnel de manière centrale. Cela signifie également que nous pouvons participer lors de la mise en œuvre. La collaboration dans des groupes de travail et de commissions d’importance va naturellement de soi.

Dans le cadre des thèmes abordés nous avons déjà pu enregistrer un succès : au sein de la Région I et face à une évaluation du personnel 2, les MdCgfr ne pouvaient plus choisir les menus de travail 2 et 3. Le nouveau directeur général des douanes nous a donné raison en ce sens qu’il n’y avait pas lieu d’échafauder un rapport quelconque avec l’évaluation du personnel. Les chefs de postes de la Région I responsables ont reçu les informations à ce propos.

Un groupe de travail interne s’est déjà occupé de la sécurité personnelle au service civil. Robert Bucher, vice-président de Garanto, prendra contact avec les personnes compétentes.  

Comme troisième thème, nous avons parlé de la division par deux de la progression salariale. Là, le nouveau directeur général des douanes nous a assurés que la question du salaire revêt une très grande importance à ses yeux. Il est persuadé qu’un bon travail mérite aussi une bonne rémunération. Il voit également la situation difficile de la progression salariale momentanée et aspire pour l’avenir à une progression salariale allant jusqu’à 2% en présence d’une qualification 3. Le nouveau directeur général est aussi très au clair des problèmes salariaux qui se posent chez les jeunes collaboratrices et collaborateurs. Il s’en tient notamment au credo actuel « Pas de licenciements ». Toutefois, au cas où de nouveaux programmes d’économies allaient survenir pour l’administration fédérale, ces déclarations pourraient s’avérer caduques.

Garanto prend au mot M. Christian Bock, nouveau directeur général des douanes, et se réjouit d’ores et déjà de la future collaboration.

Heidi Rebsamen, secrétaire centrale de Garanto

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus

GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg