Quand sera-t-il clair si la retraite est fixée à 65 ans?

29.08.2018

Il était prévu que le Conseil fédéral décide encore fin juin «à quelles conditions et jusqu’à quand le nouveau règlement pour les nouveaux collaborateurs peut être introduit». Il voulait aussi décider des dispositions transitoires pour les employés actuels. Les solutions sont désormais sur la table. La raison pour laquelle le CF a reporté sa décision en septembre reste obscure. Le CF Ueli Maurer est informé par un tableau de la position des associations du personnel. Nous lui avons également envoyé les résultats de l’enquête, claire comme de l’eau de roche. La grande majorité des gens rejette la retraite à 65 ans, tout comme le directeur Christian Bock. Il peut maintenant prouver sa loyauté envers les gardes-frontières en soutenant activement la solution de l’AFD. Entre-temps, nous avons aussi pris contact avec la CN Barbara Gysi, présidente de l’APC. Dès que la base de la décision sera sur la table, nous nous annoncerons pour un entretien avec les conseillers fédéraux socialistes.

Logements de service

L’annonce du directeur Christian Bock fin mai, selon laquelle un groupe de travail examine la question des logements de service, a créé de remous surtout en Suisse romande. Pas étonnant que les membres soient très préoccupés. Une étude prouve que la personne emménageant dans un nouvel appartement doit débourser jusqu'à 80% de plus pour le loyer. Une discussion avec des représentants de la Suisse romande et du groupe de travail a montré que le projet est dans sa phase initiale et que diverses clarifications sont encore en cours. Il faut en particulier clarifier la base juridique pour toute subvention sur le loyer. Des garanties ont été données que personne ne sera mis à la rue.

Il semble que même le Cgfr ne peut pas éviter une transformation. Deux grands projets actuels péjorent une fois encore massivement les conditions de travail. Chers et chères membres du Corps des gardes-frontières, soyez assurés que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour trouver des solutions acceptables. Mais parfois, il faut un peu de patience.

Heidi Rebsamen, secrétaire centrale

Retour