Réviseurs : nouveau besoin de perspectives

07.07.2011

Entretien des dirigeants de garaNto au Tessin

 

 Causes premières des frustrations ressenties par les réviseurs : les suppressions de postes à répétition et le manque de perspectives professionnelles. Récemment, ces avatars ont même conduit à des démissions au sein de la section tessinoise.

 

Lundi 6 juin, le président et le secrétaire centraux ont mis bien des choses au point avec le comité et des membres de la section, et ont emporté de nouvelles missions pour le comité central (CC).

 

 

Discussion avec les réviseurs

À cette occasion, à Chiasso, les réviseurs  et les assistants de douane (AssD) se sont plaintes, aussi, de garaNto: le syndicat ne s’engage pas assez en faveur des réviseurs et des AssD. Les réviseurs de la Suisse méridionale craignent même des licenciements et attendent de ce fait de l’AFD qu’elle permette des mises à la retraite anticipées, liées à un investissement financier en conséquence aux termes du plan social de la Confédération.

 

Sur quoi le président central a montré les prestations fournies et les points marqués par garaNto en faveur des réviseurs au fil des années écoulées, avec en prime la garantie de la 15e classe de salaire pour cette catégorie. Et David Leclerc de rétablir les faits : „Ce n’est pas juste de faire porter le chapeau au syndicat pour les destructions de postes et la perte de tâches intéressantes. Les décisions en question sont à mettre au passif de l’administration.“

 

Et le président de la section Roberto Messina d’abonder: en attendant, c’est l’ensemble du personnel civil qui pâtit de la pression permanente exercée sur les effectifs : „Les agents restants doivent ramer toujours plus – on n’est pas sorti de l’auberge.“

 

De son côté, le secrétaire central André Eicher, tout en faisant preuve de compréhension pour les craintes des réviseurs, a mis en garde l’assistance contre toute appréhension excessive, étant donné que durant ces dernières années l’AFD n’a jamais prononcé de licenciement, exécutant toujours les réductions d’effectif de façon socialement acceptable. Ce qui compte à présent, c’est que les réviseurs aient la volonté de se perfectionner en vue d’acquérir de nouvelles compétences.

 

S’agissant de la proposition acceptée au congrès de 2010 concernant la promotion des AssD de la 10e à la 11e classe de traitement, David Leclerc fait remarquer qu’il y a lieu de faire attention à deux choses : d’abord, la justification doit être en béton; ensuite, il n’est pas facile de déterminer le bon moment pour le dépôt de cette proposition auprès de la DGD, afin d’éviter qu’elle ne soit balayée du revers de la main au seul prétexte de considérations financières.

 

 Prochaines étapes

  1. Avenir  professionnel : le CC mènera un entretien avec la DGD au sujet des perspectives professionnelles des réviseurs et des AssD. C’est une question de portée non seulement régionale mais nationale.
  2. Pétition : la DGD sera invitée au moyen d’une collecte de signatures à se dire clairement favorable aux réviseurs et aux AssD. Cette pétition renfermera des revendications en matière de politique sociale et de perfectionnement professionnel.
  3. Formation continue : les réviseurs et les AssD doivent être disposés à se perfectionner en permanence ; ils acquièrent ainsi les qualifications de base qui leur permettront d’assumer des tâches nouvelles et plus exigeantes. Le CC a d’ores et déjà préparé un mémoire à l’intention de l’état-major de la DGD contenant nos propositions.
  4. CCT : le CC est incité à remettre maintenant sur le tapis la question de la convention collective de travail (CCT), étant donné que dans le sillage de la révision de la loi sur le personnel de la Confédération (LPers) les normes en matière de droit du personnel sont de plus en plus systématiquement alignées sur le Code des obligations (CO).
  5. CMP : le CC doit en outre s’informer auprès de la DGD au sujet de l’état d’avancement de la centralisation du Contrôle des métaux précieux (CMP).

 

Discussions avec les déléguées de bureaux

Mardi 7 juin, le secrétaire central et le président de section ont eu un entretien avec les délégués de bureaux (commissions du personnel) de Chiasso-Ferrovia et Chiasso-Strada en présence des inspecteurs des douanes compétents et de M. Remo Fontana, représentant de la direction d’arrondissement. À l’issue de cette entrevue, les invités ont visité un certain nombre de bureaux, saisissant l’occasion qui se présentait d’un échange de vues avec les membres du personnel.

 

À cette occasion, les personnes présentes ne se sont pas fait faute de stigmatiser la stratégie de décentralisation de la DGD en matière de contrôles formel et matériel dans le TMC. Ils ont confirmé  le CC dans son appréciation : la décentralisation projetée ne vaut pas pipette et la mise en œuvre unitaire s’enlise, et ce aux dépens du personnel des inspections de douane, personnel qui est déjà poussé jusque dans ses dernières limites.

Au surplus, les collègues tessinois ne manquent pas de sujets de préoccupation. Qu’on en juge : le système salarial actuellement en vigueur qu’il s’agirait de rendre plus équitable, le manque généralisé de spécialistes de douane dans leur canton, la valse-hésitation entre les activités de spécialiste ou de généraliste dans la pratique, les situations génératrices de pression aux guichets des bureaux de douane de frontière, la modification de la LPers, la centralisation du CMP, sans oublier les objectifs de garaNto et leur réalisation…

André Eicher, secrétaire central

Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus

GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg