Rolf Uster une année après

29.08.2005 Exposé pro domo du président central  Rolf Uster
 
Ma fonction, une année après
 
Le 18 juin 2004 fut le jour de mon élection en qualité de président central. Depuis deux ans, j’étais déjà dans le coup - si je puis dire - comme vice-président au sein du comité central (CC). Je savais dès lors ce qui m’attendait, ayant vu les joies et les peines de mon prédécesseur Arnold Julier. 35 délégués sur 46 m’ont élu. Il vaut mieux démarrer avec peu de lauriers qu’avec trop … Il serait d’ailleurs illusoire de croire que l’on peut contenter tout le monde. Cela ne deviendra pas plus facile. L’objectif doit être le maintien des réalisations sociales du personnel de la douane et des gardes-frontière. C’est une tâche suffisamment difficile à accomplir depuis que les démolisseurs de l’Etat donnent le ton! Les structures du jeune syndicat garaNto doivent être renforcées et consolidées.
 
On ne vit plus que des exercices d‘économies
 
En matière de politique fédérale, le fait d’économiser auprès du personnel constitue la panacée. L’employeuse, en l’occurrence l’Administration fédérale des douanes (AFD), a peu de marge de manœuvre d’entreprise. Elle est largement conduite de l’extérieur. Pour les fonctionnaires dirigeants, des exercices d’économies sans grandes possibilités de discussions sont à l’ordre du jour en lieu et place de libertés d’entreprise. Dans de telles circonstances, les améliorations et les visions doivent attendre. Le personnel de la Confédération vivra-t-il à nouveau des jours meilleurs ? Malgré les revers, les membres – et c’est important – doivent être soutenus et rester fidèles à la voie empruntée par garaNto. Le syndicat garaNto n’endosse aucune responsabilité pour les mesures d’économies, au contraire du Conseil fédéral et du Parlement. Les objectifs syndicaux doivent être fermement poursuivis.
 
Objectifs
 
Dans mon discours inaugural, je me suis fixé trois objectifs:
 
1.                 La mise en vigueur de mesures supportables au plan social et cela
sans licenciements.
2.                 Maintenir les standards sociaux et les développer, là où le besoin s’en
fait clairement sentir.
3.                 Consolider les structures de garaNto et approfondir la collaboration loyale et ouverte avec les associations partenaires de la Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC).
 
Mon bref bilan intermédiaire personnel
 
1.                 Réalisée de cette manière jusqu’à ce jour.
2.                 En plein combat défensif en ce qui concerne les indemnités. Violation unilatérale par l’AFD du résultat des négociations en ce qui concerne les tours de service ininterrompus (ITS).  Naufrage à craindre auprès de l’AFD du système salarial de la Confédération.
3.                 Tâche permanente. Les premiers jalons ont été atteints. D’autres travaux sont entrepris.
Comité central (CC)
 
Ce n’est pas chose facile de diriger un CC composé de 12 membres, disséminés dans toute la Suisse et de se rencontrer pour une séance de deux jours toutes les six à sept semaines seulement. Par bonheur, mes collègues avaient déjà pour bagage l’expérience nécessaire et ont tiré à la même corde. Il ne faut pas oublier là le soutien du secrétaire central Giordano Schera, collègue expérimenté et doté d’un esprit combatif inlassable, même dans des temps difficiles pour lui. En la personne de Giordano Schera et de sa secrétaire Deborah Caminada, garaNto n’a que deux collaborateurs professionnels. On l’oublie trop souvent. Dès lors, je m’appuie sur une équipe motivée de membres du CC oeuvrant à titre accessoire, au bénéfice des connaissances spécifiques aussi bien de généralistes que de spécialistes. garaNto est une véritable „boutique à rayons multiples“ appelée à traiter une quantité de questions, par exemple: défense et représentation des intérêts des membres ( personnel civil technique et non technique, Corps des gardes-frontière (Cgfr)) face à l’AFD, politique du personnel de la Confédération, questions financières et budgétaires, collaboration avec les associations et syndicats amis, administration et gestion d’avantages (rabais et faveurs) pour les membres et questions portant sur l’organisation interne de garaNto. Il est étonnant de constater que le CC parvient très rapidement à une unité de doctrine dans les questions syndicales d’importance. Des séances durant jusqu’à 19 heures ne sont pourtant pas rares. Il me tient très à cœur que les représentantes et représentants du service civil et du Cgfr au CC continuent de travailler aussi bien ensemble. Ce jeu de collaboration constitue une des idées maîtresses de garaNto. Dans ce domaine, tout a bien marché jusqu’à maintenant. Je remercie tous les membres du CC pour leur engagement. Chacune et chacun veut obtenir ce qu’il y a de meilleur pour garaNto. J’exprime également ma gratitude à tous les supérieurs des membres du CC pour la confiance manifestée et pour leur soutien.
 
Partenariat social DGD - garaNto
 
Dans le cadre des projets d’exploitation ou spécifiques, la collaboration et la circulation de l’information marchent bien. Par contre et en ce qui concerne les thèmes délicats de politique du personnel, des négociations ou pour le moins des informations font trop souvent défaut avant le démarrage du projet. Là, la Direction générale des douanes (DGD) doit exposer clairement ses intentions et ses objectifs. La possibilité doit être offerte à garaNto de faire valoir assez tôt sa position et ses propres possibilités de solutions. De cette manière, des imprécisions et des malentendus peuvent être dissipées dès le début déjà. Les thèmes qui suivent, tirés d’un passé récent, constituaient de mauvais exemples: „ indemnités pour prestations de service spécifiques à l‘AFD“ (exercice de démantèlement/suppressions), „ nuitées d’hôtel durant les cours“ (largage de bombes) ou l’élaboration du nouveau „profil d’exigences pour les collaboratrices et collaborateurs dans l’exportation“. Pour ce dernier thème, garaNto a reçu les premières informations de la part de la ligne et non de la DGD. Ces exemples montrent que les relations de partenariat social pourraient être établies sur une base plus solide avant le démarrage du projet ou avant les premières décisions du directeur général des douanes. Des marges de manœuvre éventuelles pourraient ainsi être explorées avant que l’incendie ne se déclare. A mon avis, un potentiel d’amélioration manifeste existe sur ce point.
 
 
Groupes de projet AFD
 
Etant donné le nombre pléthorique de groupes de projet (plus de 30 en ce moment), garaNto a dû se concentrer sur les groupes de travail importants au plan syndical (par exemple, innova,  indemnités pour prestations de service spécifiques, attribution du personnel Service civil ou les trois groupes de pilotage Formation). Dans les autres projets, nous nous assurons du droit de discussion qui les accompagne. Nous ne pouvons en faire davantage à cause des capacités en matière de personnel et cela ne serait également pas judicieux. Grâce aux nombreux aides provenant de l’exploitation, la DGD parvient à traiter ces projets, sans prétériter les affaires courantes. Cependant, que se passerait-il si la suppression de personnel devait se concrétiser sur la base des programmes d’économies? Qu’est-ce qui a la priorité? L’exploitation ou les projets?
 
Pression croissante sur le personnel de la Confédération
 
La pression exercée sur le personnel fédéral ne cesse d’augmenter. Les programmes d’allégement de la Confédération et les planifications d’abandon de tâches se suivent rapidement et d’une manière malsaine. Consolider est devenu un mot étranger. A cause des décisions du Parlement, un nouveau démantèlement social menace même le personnel de la Confédération dans le domaine salarial ou auprès de sa caisse de pensions PUBLICA, sans qu’il y ait là une quelconque faute de sa part quant à la misère financière de l’Etat fédéral !  Au sein de l’AFD, le personnel civil se fait brimer toujours davantage tandis qu’auprès du Cgfr l’effectif des postes de 1938 unités se trouve être pour le moins garanti au plan légal. Nous devons rectifier le cours des choses. Il faut montrer au pouvoir politique et à l’opinion publique que le personnel de la douane et du Cgfr existe encore et qu’il est indispensable pour l’exécution des tâches. Ce personnel en a ras-le-bol des économies perpétuelles, nonobstant des mandats de prestations exigeants. Les assurances du „sans licenciements“ données par le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz et le directeur général des douanes Rudolf Dietrich ne suffisent pas. Les déclarations ne reposent pas sur une base contractuelle et la situation peut se modifier rapidement. Les employés de la Confédération ne sauraient être considérés comme des quémandeurs. Ils ont au contraire droit à des salaires corrects pour le labeur fourni et à des conditions de travail décentes.
 
Actions de protestation
 
La colère de nos membres est grande. Les membres de garaNto sont prêts à se battre. Nos militantes et militants étaient là, en première ligne. Cela a été prouvé, lors de la session d’été 2005 du Parlement, par la manifestation de protestation silencieuse devant le Palais fédéral et par les actions de protestation couronnées de succès à la frontière dans l’ensemble des quatre arrondissements des douanes. Nous avons attiré l’attention sur nos desiderata. garaNto a montré une homogénéité qui va nous donner du courage pour d’autres mesures de lutte si nous y sommes contraints. Je suis positivement surpris et fier de la réussite de notre action de protestation du 31 mai 2005, d’autant plus qu’elle a dû être organisée dans un délai très court.
 
 
 
 
Comment cela va-t-il pour moi ?
 
Les attentes placées en ma personne et dans l’ensemble du CC sont d’un niveau élevé.  Je dois donc vivre avec cette pression. Se déconnecter entièrement de garaNto ne me réussit que rarement! garaNto se trouve face à des objectifs et souhaits idéalistes et réalistes. Le domaine du personnel est un domaine délicat. Ce n’est pas l’endroit des décisions ou des améliorations rapides. Les finances dictent les possibilités. La marge de manœuvre pour une amélioration est devenue étroite ou n’existe même plus. Par rapport au passé, tout est davantage politisé. garaNto n’a que le droit de participation et non celui de codécision. Hormis les actions de protestations, la persévérance ainsi que la recherche de nouveaux arguments et de possibilités de solutions sont les seuls moyens pour faire passer nos desiderata. Nos ressources en personnel sont limitées. J’ai vécu des moments pénibles lors des longues absences pour cause de maladie de notre secrétaire central et de sa secrétaire. Comment les absences peuvent-elles être surmontées? Franchir ces temps d’incertitude fut pour moi la chose la plus difficile au cours de ma première année de fonction. Une fois de plus, tout s’est bien déroulé pour toutes les personnes concernées et pour garaNto. L’activité de milice de garaNto a des avantages incontestés, mais aussi des inconvénients d’importance. L’idée de recourir aux services d’un(e) président(e) central(e) professionnel(le) me vient tout le temps à l’esprit. Est-ce vraiment une bonne solution? D‘accord, mais qui va la financer ? Cette idée avait été de nouveau rejeté. Elle n’est peut-être que repoussée. Je me sens en bonne santé et j’ai encore quelques tâches importantes à accomplir. En outre, je collabore volontiers avec l’équipe existante. Je me suis dès lors décidé à faire encore une fois acte de candidature en 2006 pour une nouvelle période administrative de deux ans. Il est fort vraisemblable que l’on vivra en 2008 d’autres retraits de membres du CC méritants. La recherche de leurs successeurs devra être entreprise suffisamment tôt.
 
Perspectives
 
Ma vision est la fondation au plan suisse d’un grand syndicat du service public avec une branche forte de la douane et du Cgfr. A cause des attaques incessantes qui déferlent sur le service public, la dispersion des forces actuelle n’est plus appropriée et conduit à une puissance de frappe insuffisante. Lors de son congrès 2004, garaNto a accepté une proposition allant dans le sens précité. garaNto, en collaboration avec le syndicat ssp/vpod, a lancé des invitations aux premières séances avec les syndicats et associations intéressées. Il est clair que ces derniers doivent tout d’abord se positionner au plan interne. Un tel processus de base démocratique à multiples facettes a besoin de temps pour s’instaurer. Dans le secteur privé, le syndicat UNIA a prouvé que cela pouvait réussir.
 
Je me suis réjoui du fait que les délégué(e)s ont approuvé la stratégie 2004 – 2008 de garaNto, lors du congrès extraordinaire 2005. Dès lors et à partir de 2006, nous pourrons engager une force de travail supplémentaire au secrétariat, en l’occurrence une personne chargée de l’information. Cela garantit les suppléances urgemment nécessaires au secrétariat.  Le remplacement du secrétaire central Giordano Schera pour cause de mise à la retraite nous attend en 2007. Afin de pouvoir continuer à assurer nos collaboratrices et collaborateurs au 2ème pilier, garaNto doit à nouveau s’associer à un secrétariat syndical existant (pas de fusion). Les premiers contacts à ce propos auront lieu cet automne.  Là, une organisation partenaire prête à la lutte entre seule pour moi en considération.
L’occupation personnelle des postes de responsables régionaux pour des actions est importante. Notre capacité de mobilisation doit encore être augmentée. En outre, le CC doit poursuivre le traitement des propositions et affaires courantes et, si possible, les conduire à bonne fin. Pour garaNto, la question de la caisse de pensions PUBLICA et la politique salariale de la Confédération, y compris les mesures d’économies introduites, respectivement planifiées par l’AFD, revêtent un intérêt primordial. Toutes les associations et tous les syndicats du personnel de la Confédération seront fortement mis à contribution pour que l’on n’en arrive pas à un désastre pour les assurés de PUBLICA. Il y va de nos rentes. Si des solutions acceptables n’interviennent pas, d’autres mesures de lutte ne sont alors pas à exclure. Après 21 années d’activité syndicale, je suis plus que jamais prêt à me battre pour les réalisations sociales. Des politiciens et des professeurs  gagnant bien leur vie, qui savent parler de se serrer la ceinture … sans en apporter la preuve eux-mêmes, sont à expédier sur une voie de garage. Nous sommes toutes et tous invités à nous opposer de toutes nos forces au cliché erroné des employés paresseux et surpayés de la Confédération. Ensemble, nous pouvons le faire et j’en suis intimement persuadé !
Retour

 


Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus

GWK-Ausruestung_Rollatoren.pdf

Zukunft-GWK_Cgfr-futur_Futuro-Cgcf_GWK-Rollatoren.jpg