L’inégalité en matière de fortune est grossièrement sous-estimée

30.05.2015

En Suisse, la fortune est répartie de manière extrêmement inégale. Beaucoup plus que ce que nous tous le pensons. C’est la leçon d’un sondage représentatif réalisé auprès de 1 000 Suisses et Suissesses* que l’USS et Unia présentent sous forme d’une vidéo. Si nous pensons que les 20% les plus riches possèdent plus de la moitié de la fortune privée totale, la réalité est par contre beaucoup plus violente. En effet, le cinquième le plus riche des Suisses et Suissesses possède six fois plus que tous les autres ensemble, soit 86% de la fortune ! Les 20% les plus pauvres n’ont, quant à eux, aucune fortune du tout.

 

Si l’on considère la réalité concernant les super-riches, le rapport est encore plus violent : les 2% les plus riches possèdent autant que nous tous ensemble. Et cette concentration de la fortune ne cesse d’augmenter. Cela, parce que la charge qui grève les revenus des capitaux des riches a continuellement diminué ces dernières décennies, alors que celle qui pèse sur le travail et la consommation a constamment augmenté. Et aussi parce que les super-riches peuvent léguer leur fortune à leurs descendants sans avoir à payer d’impôt. C’est injuste et antisocial. Et cela nuit à la société comme à l’économie.

 

Si les choses étaient comme le pensent les personnes interrogées, la répartition de la fortune serait beaucoup plus équilibrée. Selon l’image idéale qu’ils se font de cette répartition en Suisse, le cinquième le plus riche posséderait un peu plus d’un tiers de la fortune, et le cinquième le plus pauvre tout de même 9%, donc pas rien du tout comme c’est le cas dans la réalité.

 

Le 14 juin 2015, les citoyen(ne)s de ce pays pourront faire un pas vers l’image idéale qu’ils ont de la répartition de la fortune. Un oui à un impôt fédéral sur les successions de plus de 2 millions de francs freinerait la concentration de la fortune dans les mains d’un petit nombre de personnes. Les seuls qui seront concernés sont les 2% les plus riches de la population. Et tous et toutes, nous en profiterions, car le produit de cet impôt est destiné à l’AVS et aux cantons. Ce qui garantira davantage d’égalité des chances et le renforcement de l’AVS.

 

* Le sondage a été réalisé en mars par l'institut de sondage Link. Dans le cadre d'un " Visual Bus " (instrument de sondage en ligne de Link), on a interrogé 1 009 personnes de 15 à 74 ans qui se trouvent au moins une fois en ligne par semaine pour des raisons privées.

 

USS / Unia (11.05.2015)


Vidéo: www.uss.ch – page d‘accueil / actuel


 

Retour