Session de printemps du Conseil national: attaque répétée contre le système salarial de la Confédération

01.03.2018

L’UDC veut un régime minceur pour les rémunérations et les suppléments salariaux

Au Conseil national, la majorité bourgeoise a une fois encore accepté deux motions en défaveur du personnel fédéral, contre l'avis du Conseil fédéral. Lors des débats, Ueli Maurer s’est beaucoup engagé pour les collaborateurs et collaboratrices de la Confédération: « Permettez-moi de dire au préalable que l'administration fédérale dispose d’un personnel exceptionnellement engagé et motivé ». Cela a un coût. Mais les revendications des partis bourgeois ont eu plus de poids. Nous connaissons la rengaine: le personnel fédéral gagne trop et ses suppléments salariaux sont trop élevés en comparaison avec le secteur privé.

De lui-même, le Conseil fédéral s'efforce d'apporter certaines modifications au système salarial et attend des propositions d'adaptation du DFF d'ici l’été 2018.


Le 28.02.2018, le Conseil national a accepté cette motion de l’UDC par 115 oui et 78 non et une abstention:

16.3973: Revoir le système de salaire au mérite du personnel de la Confédération

Outre les attaques générales habituelles, notamment sur les augmentations « automatiques » de salaire, les suppléments et les primes, Franz Grüter (UDC/LU), a dénoncé le fait que 90% des employés fédéraux sont à l’échelon d'évaluation 3; ils seraient trop nombreux, et la Loi sur le personnel de la Confédération devrait être rapprochée du Code des obligations.


Sandra Sollberger (UDC/BL) s’est engouffrée dans la brèche de l’UDC avec une intervention dont le titre parle de lui-même.

Le 28.02.2018, le Conseil national a accepté cette motion par 99 oui et 93 non et deux abstentions:

16.3974: : Personnel de la Confédération. Des salaires et des prestations sociales excessives


Ces interventions passent maintenant au Conseil des États.

Retour