Travail en sous-sol dans les cabines de contrôle

04.05.2013

Depuis la reprise par le Cgfr, en 2009,  du contrôle des passeports à l’Aéroport international de Genève, des membres du Corps des gardes-frontière se plaignent de conditions de travail insupportables dans le secteur „Trompette“. Les cabines de contrôle se trouvent en sous-sol, pour ainsi dire dans les catacombes de l’aéroport. Le personnel est à l’étroit, la qualité de l’air est mauvaise et les locaux (exigus) n’ont pas du vue sur l’extérieur.

 

Ainsi, des agents souffrent de maux de tête, d’irritations des yeux, de sécheresse nasale, de toux ou de fatigue ; on le voit, le personnel est confronté à de nombreux problèmes de santé. Le Cgfr a certes tenté d’améliorer la situation, mais sans grand succès. 

La lumière artificielle ne peut remplacer la lumière naturelle ni la vue sur l‘extérieur. Se fondant sur les autorisations d’exceptions délivrées par le Seco, le Corps s’efforce de pallier ces inconvénients au moyen de mesures organisationnelles compensatoires.

Mais comment se fait-il que le Cgfr ait été relégué dans ces locaux aveugles ? Disons-le tout net : la société exploitant l’aéroport donne le ton. Le Cgfr doit se mettre au diapason. Et il s’exécute.

Or, même si les conditions générales lui sont dictées, le Cgfr demeure responsable de la santé de son personnel. Si un agent ne peut plus travailler ou que de manière restreinte dans le secteur „Trompette“, il ou elle ne saurait être sanctionné, sous forme de mutation ou de réduction de salaire par exemple.

Des membres du Corps proposent de déplacer les cabines de contrôle d’ici à 2016 vers les satellites 30 et 40, chose qui est possible selon eux avec le même effectif de personnel. Pour l’heure, Garanto ne peut juger des conditions permettant d’opérer un tel transfert. Mais il est clair qu’il faut discuter de solutions de rechange avec la direction de l’aéroport de Genève-Cointrin, et ce entre partenaires à part entière et non en tant que solliciteur.

André Eicher, secrétaire central

Retour

 

Rollator-Grenzwaechter_.jpg

Assemblée extraordinaire des gardes-frontière à Olten, MA 5 sept. 2017, 11h - 14h

Centre culturel Schützi à Olten (près de la piscine, 10 minutes à pied de la gare d’Olten): Contre l'augmentation de l'âge de la retraite à 65 ans! Discussion sur des mesures et actions contre la décision du Conseil fédéral. Garanto compte sur toi! Annoncez-vous toute de suite à -5aRmZC-mJ6NnpGLkNGclw@nospam

Kulturzentrum Schützi, Olten
Kulturzentrum Schützi, Olten

Ne pas avoir peur de l’évaluation du personnel ! Aide-mémoire

plus