Plus de 15 000 à la manif de l’USS

26.10.2013

Plus de 15 000 personnes ont participé samedi 21 septembre 2013 à Berne, à la manifestation de l’Union syndicale suisse (USS) contre le dumping salarial et le vol des rentes, ainsi que pour des conditions de travail équitables.

 

« Stoppons cet incendie social criminel avant que tout ne s’embrase », s’est exclamé, sur la Place fédérale, Paul Rechsteiner, le président de l’USS. Un « tournant social » est nécessaire. Il faut en finir avec une répartition extrêmement inégale des salaires et des richesses dans ce pays. Il faut en finir avec ce vol des rentes préparé aujourd’hui au Palais fédéral, et avec ces rentes volatiles des CFF, qui constituent un « test pour toutes les caisses de pensions ». Et il faut des salaires plus justes, une protection efficace des salaires et des rentes décentes. « C’est pour cela qu’ « AVS plus » est nécessaire. C’est pour cela que l’initiative sur les salaires minimums est nécessaire. »

 

Formés, à partir de diverses manifestations préliminaires, plusieurs cortèges colorés et bruyants, mais toujours pacifiques, ont sillonné en étoile le centre de Berne pour se rendre sur la Place fédérale.

 

Vania Alleva, co-présidente du syndicat Unia et vice-présidente de l’USS, a dénoncé le fait qu’en Suisse, ce modèle de succès, on trouve presqu’un million de personnes touchées par la pauvreté et presque qu’un demi-million de bas salaires : « Il ne doit plus y avoir de salaires inférieurs à 4 000 francs dans la riche Suisse, où le coût de la vie est si élevé. Et nul ne doit gagner un salaire plus de douze fois supérieur à celui de la personne la moins bien payée de son entreprise. » Pour l’an prochain, il faut aussi que les salaires augmentent, qu’il y ait plus de protection et que les mesures d’accompagnement soient améliorées.

 

NON au rentes volatiles !

« Les rentes volatiles sont choquantes, mesquines et dangereuses – faisons en sorte d’obtenir une prévoyance vieillesse équitable pour tous ! » Par ces propos, prononcés sur la Place fédérale et lors d’une manifestation préliminaire du Syndicat du personnel des transports publics (SEV), Giorgio Tuti, président du SEV et vice-président de l’USS, a condamné la tentative faite par la caisse de pensions des CFF de répercuter sur les seuls retraité(e)s des pertes dues à des spéculations : « Nous aurons l’œil sur le Conseil fédéral ces prochains mois et prochaines années pour voir s’il a l’intention de soumettre la prévoyance vieillesse à de nouvelles règles. Nous n’accepterons aucune proposition qui, même si elle sonne bien, ne serait rien d’autre qu’un vol des rentes. Pour nous, il est clair que quiconque a travaillé toute sa vie a droit à une retraite digne et convenable. »

 

Alain Carrupt, co-président de Syndicom, le syndicat des médias et de la communication, s’est opposé à l’accroissement du stress au travail et à l’extension encore plus poussée du travail de nuit et du dimanche : « Nous exigeons plus de respect pour les travailleuses et les travailleurs. Les conditions de travail, la santé, la vie familiale et sociale passent avant l’achat de pizzas surgelées à trois heures du matin ! »

Ewald Ackermann, USS (21.09.2013)


Garanto à la grande manifestation de l'USS 2013

 

La grande manifestation nationale de l’Union syndicale suisse (USS) du samedi 21 septembre 2013 a malheureusement été marquée par une maigre affluence de membres de Garanto, un peu plus faible que celle qui nous avait été annoncée et nettement plus faible que celle attendue par tous. Malgré cela, une bonne trentaine de membres de Garanto brandirent imperturbablement leurs drapeaux, manifestant ainsi leur solidarité avec notre plus grande organisation faîtière et avec de nombreuses travailleuses et travailleurs de tout le pays.

 

Comme souvent lors des grandes manifestations de l’USS – par ailleurs toujours pacifiques – ce samedi de l’arrière-été à Berne s’est signalé par un temps ensoleillé et serein. Peut-être trop ensoleillé et trop chaud pour de nombreux membres de Garanto ? Ou, peut-être, la faible participation est-elle due au slogan et aux thèmes principaux qui n’ont pas directement mis à l’avant-scène les desiderata majeurs de notre syndicat – du moins pas au premier coup d’œil ?

 

Quel que soit le facteur  ayant également pu faire pencher la balance dans le cas isolé, il est de toute façon dommage  que Garanto n’ait pas amené davantage de collègues sur la Place fédérale. Et cela d’autant plus que nous savons certes que nos membres se mobilisent toutefois pour les desiderata du personnel de la Confédération en général et en particulier mieux encore sous l’impulsion de Garanto. D’ici à la prochaine fois : un grand merci à toutes nos participantes et à tous nos participants inébranlables à Berne !

Oscar Zbinden, chargé de l’information


Retour