Pleine compensation du renchérissement et 2% d’augmentation de salaire

16.06.2011

Requête salariale 2012 de la CNPC à Mme Widmer-Schlumpf

 

 Le 18 mai dernier, la Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC) – soit garaNto, l’APC, le SSP et l’AP Fedpol – a soumis ses revendications pour 2012 en matière de rémunération et d’indexation à la cheffe du DFF.

 

 

Pour 2012, l’organisation faîtière des fédéraux va se concentrer sur les salaires, après les négociations entre partenaires sociaux conduites au sujet des mesures d’accompagnement visant à atténuer les rigueurs de la baisse du taux de conversion applicable aux rentes servies par Publica et au sujet de la modification de la LPers.

 

 

Principales revendications de la CNPC

Compensation du renchérissement : pour le 1er janvier 2012, la faîtière demande l’indexation intégrale des salaires sur le coût de la vie sur la base de l’évolution de l’indice des prix à la consommation pendant l’année en cours.

 

Rémunérations : pour 2012 toujours, la CNPC requiert une augmentation de salaire réel de 2 % pour tous. Cette revalorisation constituerait un coup de pouce bienvenu face à la détérioration constante, en comparaison intercantonale, de la situation de revenu du personnel fédéral. Sont aussi concernées en l’occurrence la compétitivité de la Confédération en matière d’emploi et la garantie de la qualité dans le secteur public.

 

Rentes : comme l’année écoulée, la faîtière propose à l’employeur de faire un geste sous la forme d’une prestation unique de 1000 francs en faveur des bénéficiaires de rente qui sont privés de toute indexation sur la vie chère depuis des années. Ce montant équivaut peu ou prou à la compensation du renchérissement sur une rente moyenne non versée.

 

 

Revendications non pécuniaires

1. Abonnement général pour l’ensemble du personnel fédéral : une fois de plus, la CNPC propose, avec l’octroi d’un abonnement général pour tous, une formule simple, élégante, propre à régler la question des frais de déplacement.

 

2. Congé de formation continue de cinq jours pour tous : tout contrat de travail marqué au coin du progrès et tourné vers l’avenir se doit d’inclure le droit à un congé de perfectionnement professionnel de cinq jours par année. En franchissant le pas, la Confédération assurerait un développement du personnel répondant aux conditions actuelles.

 

 

Selon toute probabilité, les négociations salariales seront menées début décembre 2011.

OZ

Retour