Pourquoi y-a-t-il une commission des retraité(e)s de l’USS ?

22.01.2015

La commission des retraité(e)s est l’une des dix instances de l’Union syndicale suisse (USS) qui est la plus grande organisation de travailleurs de Suisse avec quelque 367‘000 membres.

 

L’USS est active sur l’ensemble du territoire national. Le poids principal de ses tâches se trouve être la politique économique et sociale. L’USS n’est pas un parti politique. Elle n’est ni une troupe au sol du parti socialiste (PS), ni encore un compromis forgé, mais la représentante des intérêts des travailleuses/travailleurs. Dans cette fonction, l’USS est soutenue par cinq commissions spécialisées, l’une d’entre elles étant précisément la commission des retraité(e)s de l’USS (CR-USS), dont la création a été décidée lors du congrès 1986 de l’USS.

 

Cette commission spécialisée défend les intérêts des retraité(e)s organisés au plan syndical aussi bien à l’intérieur de l’USS que face aussi à l’opinion publique. Elle est représentée au comité de l’USS et a le droit de faire des propositions à l’occasion de l’assemblée des délégué(e)s de l’USS ainsi que lors du congrès de cette dernière. La commission garantit que les retraité(e)s puissent apporter leur contribution pour une politique solidaire dans la plus grande organisation de travailleuses/travailleurs de notre pays.

 

Des « vieux renards » vigilants

La CR-USS se compose de représentant(e)s de ces derniers issus de divers syndicats et associations. Ils se retrouvent quatre fois par année. Je suis toujours surpris par le déroulement empreint de discipline des séances, présidée actuellement par l’ancien conseiller aux États vaudois Michel Béguelin, activement soutenu par Doris Bianchi, adjointe du premier secrétaire de l’USS. Les représentant(e)s des syndicats qui en font partie, en tant que retraités, sont au sens le plus vrai du terme  de « vieux renards » qui gardent un œil vigilant sur les aspects les plus divers de la politique de notre pays.

 

Depuis 1996, la CR-USS est membre de la Fédération des Associations des retraités et de l’entraide en Suisse (FARES). Par le biais de cette dernière, la commission est également membre du Conseil suisse des aînés (CSA) dont elle influence la politique. Le CSA est l’organe consultatif du Conseil fédéral pour les questions ayant trait aux personnes âgées.

 

Exigences croissantes

L’activité de la CR-USS devient toujours plus exigeante. Elle veut se profiler aux plans interne et externe, se positionner plus fortement en tant que force politique et devenir une composante essentielle et centrale de la structure syndicale. Les priorités pour l’année 2015 se cristallisent sur l’initiative populaire « AVS plus », la prévoyance vieillesse 2010, la prévoyance professionnelle, un nouveau droit de la protection des adultes et les directives anticipées (testament de vie), une contribution à l’apaisement du conflit des générations, les efforts pour parvenir à l’objectivité dans les débats sur les « riches rentiers », l’inégalité croissante en matière de répartition des revenus et le maintien d’un Service public fort.

 

Allocation de renchérissement exigible et possible

En outre, des propositions de la CR-USS sont en préparation, entre autres une proposition pour un intérêt correct sur la fortune des caisses de pensions. En 2013, les caisses de pensions ont généré un rendement de 6,2%. De leur côté, les assuré(e)s n’ont obtenu purement et simplement que 1,5% : ils ont donc reçu 32 milliards de francs d‘intérêts de pas assez. Il y aurait eu là suffisamment de moyens financiers pour un assainissement. Un autre problème se trouve être les degrés de couverture insuffisants auprès des caisses de pensions. Les gains réalisés et leur utilisation doivent être pour une fois examinés de près. Au lieu de remplir partout une multitude de caisses spéciales et d’accumuler des fonds, les degrés de couverture prétérités des caisses de pensions devraient être pris en considération par le biais des gros profits, afin que l’on puisse enfin verser à nouveau des allocations de renchérissement aux rentières et rentiers.

 

Cadeaux fiscaux pour les riches

Un cheval de bataille de représentant(e)s de la CR-USS est également l’évaluation critique des rabais fiscaux de la Confédération. Selon une étude de l’Administration fédérale des contributions, n’éveillant certainement pas de soupçons, la somme des rabais fiscaux quantifiables est de 17 à 21 milliards de francs par année. Certes, il est vrai que nous bénéficions tous de rabais fiscaux, mais ils sont malheureusement très différents, entendez par là, répartis de manière très antisociale !

 

Regarder vers l’avant

Cela fait plaisir d’être partie prenante dans l’activité exigeante de la commission des retraité(e)s de l’USS. Cette commission ne travaille pas seulement pour les rentières et rentiers actuels, mais aussi, en pleine connaissance de cause, pour les rentières et rentiers futurs. Il s’agit là d’un stimulant de taille !

 

Josef Lehmann (section ZH), délégué Garanto CR-USS

Retour